Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Miss Marx - Susanna Nicchiarelli

Publié par Choup sur 16 Mai 2022, 09:49am

Catégories : #Petit & grand écran

Miss Marx - Susanna Nicchiarelli

Miss Marx, c'est Eleanor, dite Tussy. Fille cadette de l'auteur de Das Kapital, elle a grandit à Londres, pas franchement dans l'opulence, Marx vivant aux crochets de Friedrich Engels.

Nous la découvrons lors du discours qu'elle tient sur la tombe de son père, en 1883 devant une poignée de fidèles. De ce jour, nous la suivons jusqu'à son suicide en 1898. Pour elle le temps est enfin venu de sortir de l'ombre de ce père imposant, de trouver aussi sa propre voix/voie.

Eleanor Marx a lutté toute sa vie pour l'amélioration des conditions de vie des ouvriers, se rendant dans des usines, discutant avec les propriétaires, s'est engagée pour la Commune de Paris ou pour l'indépendance irlandaise, écrivant des pamphlets et ouvrage. Elle a également voyagé aux Etats-Unis. Elle édite les ouvrages de son père, écrit beaucoup elle-même bien entendu, et traduit Madame Bovary en anglais.

En 1884, elle rencontre Edward Aveling, dont elle partage la passion pour le théâtre et l'engagement politique. En 1886, ils rédigent La Question féminine, dans laquelle est développée l’idée que « le capitalisme repose aussi sur le travail non-payé des femmes et sur la division du marché du travail sur base des sexes ». Mais Aveling dépense sans compter l'argent, notamment l'argent qu'ils n'ont pas et leurs dettes vont s'accumuler au fil des années. De plus, il la trompe à n'en plus finir...et elle le sait.

Ce sont ces deux lignes du destin d'Eleanor Marx que Susanna Nicchiarelli nous donne à voir. J'avoue avoir été un peu déçue par ce film. J'ai lu quelques critiques élogieuses avant de me décider à aller le voir, parlant d'un portrait décalé et rebelle... A part l'utilisation d'un musique pas franchement 19ème siècle (la BO est des Downtown boys à la guitare électrique très sauvage dirons-nous (ce n'est pas ma tasse de thé)) qui semble vouloir annoncer un film un brin déjanté, on reste dans un grand académisme formel et peut-être même un brin ennuyeux. Pourtant Eleanor Marx est une femme passionnée, décidément engagée corps et âme pour ses valeurs... même si elle est elle-même victime de ce qu'elle dénonce, en ce qui concerne sa vision du mariage. De même, les quelques originalités de mise en scène (Eleanor s'adresse directement à nous pour décrire les terribles conditions de vie des ouvriers par exemple, les imagines d'archives insérées, ou la scène de danse déjantée à la fin du film) semblent être des prétextes pour gommer les faiblesses de forme du film.

Reste l'histoire d'une femme remarquable, au destin tragique, très bien incarnée par Romola Garai, que j'avais déjà appréciée dans une adaptation très moderne du Emma de Jane Austen.

Une mini bio à lire dans Philosophie magazine.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !