Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Section spéciale - Costa-Gavras

Publié par Choup sur 13 Janvier 2022, 15:07pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Section spéciale - Costa-Gavras

Voilà un film remarquable, découvert récemment à la télévision, sur une période noire (l'Occupation) et que certains souhaiteraient "réhabiliter", ou du moins réhabiliter certains de ses plus grands personnages (suivez mon regard). Si il fallait se convaincre qu'il n'y a RIEN à réhabiliter, Section spéciale serait un choix parfait.

Dans ce film de 1974, Costa-Gavras met en images un fait historique réel, ce qui le rend d'autant plus terrifiant. Nous sommes en 1941, Hitler a envahi l'URSS, le pacte est donc rompu. Les militants communistes passent à l'action. En août, l'un d'entre eux, plus tard connu sous le nom de Colonel Fabien, tue un soldat allemand dans le métro (station Barbès). Anticipant les demandes des forces occupantes, Vichy et Pétain créent de toute pièce une cour spéciale, la Section spéciale du titre, pour "juger" et exécuter les résistants communistes et autres terroristes ou considérés comme tels. Le ministre de l'Intérieur, Pierre Pucheu (magnifiquement interprété par Michael Lonsdale, excellent de veulerie), imagine alors une loi, rétroactive sur 10 ans, pour pouvoir exécuter des "coupables". Tout cela en l'espace de quelques jours, puisque les Allemands ont demandé que les six terroristes soient fusillés peu de temps après l'attentat.

Autour de la table du conseil des ministres, seul le Garde des seaux (incarné par Louis Seigner) se rebiffe: une loi rétroactive, ficelée sur mesure pour pouvoir exécuter n'importe qui, y compris des individus ayant déjà été jugés, pensez-vous! Pourtant, il finira par céder.

Nous suivrons ensuite la création de la Cour, la sélection des juges et magistrats, et bien sûr les pseudos procès. N'ayant bien sûr pas les responsables de l'attentat, ils choisissent parmi des dossiers d'une armoire les "coupables"... c'est proprement ubuesque, ça se joue quasiment à pile ou face... Le procès ensuite, avec un Claude Piéplu magistral dans le rôle du Président de la Cour, déterminé à accomplir les actes ignobles qui lui sont commandés...espérant bien ensuite un siège à la cour de Cassation.

Entre ambition, antisémitisme le plus zélé, lâcheté, Costa-Gavras nous donne à voir ce qu'était le régime de Vichy. Ça fait mal au ventre de voir ça, de constater, une fois de plus, à quel point la vie d'un individu peut se jouer à rien dans un tel régime, par l'arrivisme ou la veulerie de quelques uns. Peu leur importait d'exécuter des innocents, du moment que leurs intérêts étaient servis. Non, les autorités françaises n'ont pas fait "qu'obéir", elles ont anticipé, parfois fait œuvre d'un zèle que les Nazis ne leur demandaient pas. A ce titre, la scène où les Nazis discutent de la loi française, s’émouvant de son aspect rétroactif et citant Montesquieu montre bien le décalage et illustre l'ignominie de Vichy.

La distribution est vraiment excellente. On retrouve également Michel Galabru, jouant un magistrat ayant refusé de participer à ce simulacre de justice, Bruno Crémer (incarnant un journaliste de L'Humanité, désigné comme un des condamnés à mort) ou encore un très jeune Jacques Perrin, en avocat d'un des accusés, faisant son maximum pour défendre son client...allant même jusqu'à faire le trajet jusqu'à Vichy pour obtenir la grâce de Pétain, estimant que ce dernier n'était pas au courant.

Un film remarquable, parfaitement rythmé et interprété, injustement méconnu. Il a reçu le prix de la mise en scène  à Cannes en 1975, et sera nommé l'année suivante dans la catégorie film étranger aux Golden globes.

 

Commenter cet article

D
Bonjour Choup, je regrette de ne pas l'avoir revu à la télévision. C'est un film qui se donne rarement et c'est bien dommage. Je me rappelle qu'à sa sortie, cela avait fait du bruit car cela parle d'une France pas glorieuse. Bonne fin d'après-midi.
Répondre
C
oui, j'ai lu en effet, qu'il avait été mal accueilli, d'autant plus à cause de l'origine de Costa-Gavras... un étranger qui se permettait de critiquer la France! un très bon film en tout cas.
A
Merci de me le remettre en mémoire.
Répondre
C
tu le connaissais donc!

Nous sommes sociaux !