Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Deux petites bourgeoises - Colombe Schneck

Publié par Choup sur 23 Janvier 2022, 13:28pm

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

colombe schneck deux petites bourgeoises stock roman autobiographique

J'ai sorti ce livre de ma pile après l'y avoir mis sans même vraiment regarder le sujet: j'aime l'écriture de Colombe Schneck, cela me suffisait. Deux petites bourgeoises, c'est l'histoire, les destins, d'Héloïse et Esther. Dès le départ, dès le premier chapitre nous savons qu'Héloïse va mourir.

Retour en arrière, années 70. Nous suivons Héloïse et Esther de leur rencontre à l'Ecole alsacienne, une école huppée, bien fréquentée à Paris. En imaginant le regard d'une "enquêtrice, observatrice affûtée, à qui l'on aurait commandé une peinture sociale de la bourgeoisie parisienne dans les années soixante-dix, qui aurait été placée en situation simultanément chez les parents d'Héloïse et chez ceux d'Esther", Colombe Schneck décortique et analyse avec beaucoup de finesse le milieu bourgeois, qui est bien loin d'être aussi homogène qu'on pourrait le croire. Les disparités d'éducation, de codes entre Héloïse et Esther tiennent à leurs familles. Celle d'Esther étant originaire d'Europe de l'est, immigrée et pas du tout riche au début du 20ème siècle, alors que celle d'Héloïse est plus aristocratique, des maisons au Pays basque, puis sur la "riviera".

A travers les destins de ces deux femmes que de prime abord on aurait mis dans la même case, "les bourgeoises", Colombe Schneck nous parle aussi des femmes et de leur émancipation (ou pas), leurs désirs qu'ils soient personnels, professionnels ou sociaux. Des femmes qui grandirent dans les années 70 où tant d'avancées furent obtenues, et qui pourtant n'ont pas réussi/pu à être vraiment libres, vraiment reconnues. Des femmes épuisées, lessivées, désillusionnées. Elevées à bien obéir, à toujours respecter les règles, elles ont été trahies par ses règles, et pourtant elles sont persuadées que tout est de leur faute. Ça vous rappelle quelque chose?

Je le disais, beaucoup de finesse pour décrire ce milieu, qui est le sien, chez Colombe Schneck, mais aussi une grande justesse dans la description de cette amitié qui a résisté au temps, aux caractères si différents, à la jalousie parfois aussi. Un rapport amour/haine à l'adolescence (comme c'est souvent le cas). J'ai été très émue par ce livre, et plus j'avançais dans ma lecture, plus je me disais qu'Esther c'était Colombe. En lisant un peu plus sur le livre, j'ai découvert que c'était le cas.

Comme pour mes autres lecture de ses livres, j'ai retrouvé cette écriture à la fois légère et grave, doucement ironique, avec une dose d'autodérision et d'humour.

Deux petites bourgeoises est en résumé un beau roman, qui sous des dehors anecdotiques, avec tous ces petits détails de la vie quotidienne décrits au fil des pages, nous parle de l'importance de l'amitié dans une vie. De la vraie amitié, qui vous "engage et vous protège sans les corsets et les obligations du couple. Il y a mille façons d'être ami alors qu'il y a peu de façons d'être en couple. La société a des intérêts dans le couple amoureux, elle lui impose donc un certain nombre de règles [...]. Elle n'en a aucun dans la relation amicale, elle la laisse libre. [...] Esther comprend que l'amitié d'Héloïse a été une force plus fidèle et plus durable que nombre de ses histoires d'amour."

Une très belle lecture.

Commenter cet article

G
Je n'avais pas vu la sortie de ce titre, intéressant.
Répondre
C
J'aime beaucoup Colombe Schneck. il faut que je lise d'autres de ses romans. ils sont souvent courts en plus, donc facile à caser entre deux plus gros ouvrages (et à transporter dans le bus)!
A
Pas fan des sujets de Colombe Schneck, mais tu as aimé.
Répondre
A
Je n'ai jamais lu Colombe Schneck mais tu sembles en faire une valeur sûre donc je vais y regarder de plus près.
Répondre
C
Ce n'est que mon 3ème, mais j'aime vraiment ce qu'elle fait!
U
Je l’ai aimé aussi ce livre. Il a l’air de rien, mais il est beau et profond. Pas fait de billet en revanche.
Répondre
C
on est bien d'accord!

Nous sommes sociaux !