Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le fils de l'homme - Jean-Baptiste Del Amo

Publié par Caro sur 18 Septembre 2021, 07:08am

Catégories : #Ma bibliothèque

jean-baptiste del amo le fils de l'homme gallimard roman filiation

Il y a le Père, la Mère et le Fils. Un jour, après des années d'absence, le Père revient. Il décide d'emmener fils et mère aux Roches, une ruine au coeur de la montagne que son propre père avait tenter de rénover. Une ancienne bergerie, perdue au milieu de la forêt, accessible après plusieurs heures de marche.

On comprend vite en lisant Le fils de l'homme, que ça va mal finir. Mais comment? Et selon quel mécanisme implacable? C'est ce que ce roman de Jean-Baptiste Del Amo décortique, patiemment, méthodiquement. Le fils de l'homme a reçu le prix du roman Fnac.

Bon. Qu'en dire? Vous sentez ma perplexité. Indubitablement, Del Amo a une sacrée maîtrise de la langue. Le texte est dense, les descriptions minutieuses, fouillées, et par conséquent très évocatrices. Il aurait pu tomber dans la répétition, nous plonger dans l'ennui sur ses longues descriptions mais non, on y est. La montagne, territoire menaçant d'abord pour le Fils, puis accueillant, refuge et source de sérénité. Au contraire de la maison où d'évidence, le Père s'est attaqué à plus que ce qu'il était capable, où la Mère n'est clairement pas à l'aise. On sent sa peur.

Au fil du roman, Del Amo alterne les points de vue, Fils, Père, Mère (enceinte d'un autre homme) dans un récit qui ne laisse que très peu de place au doute quant à l'issue de ce séjour forcé dans la montagne. Il opère aussi des allers-retours avec le passé, l'enfance du Père, son adolescence, la vie de la mère et du fils sans lui. Enfin, le retour du père. Dans ce huis clos à ciel ouvert, on sent que la folie, la violence couvent. La folie du grand-père se fait jour de plus en plus, la violence du père, ancrée profondément depuis ses années d'enfance. Des hommes pris au piège, enfermés dans leurs obsessions jamais adressées. Le fils de l'homme est le récit de cette transmission infernale et infinie.

Une fois dit tout cela, je ne peux pas dire que j'ai été totalement convaincue par ce roman. Je l'ai lu sans déplaisir, mais sans être vraiment investie émotionnellement. Peut-être parce que sentant déjà que cela finira mal, on subit presque ce roman. La noirceur de ce naufrage humain, son inéluctabilité m'a peut-être empêchée d'espérer. Je ne sais pas, vraiment. Le premier chapitre qui se déroule pendant la préhistoire me semble de trop, sauf à vouloir poser l'affirmation: J'écris un roman sur l'Universel de l'Humain. Peu-être finalement, Le fils de l'homme est-il trop didactique.

 

Commenter cet article

A
Le sujet de la transmission de la violence était porteur, pourtant.
Répondre
C
eh oui... mais bon, d'autres ont énormément aimé...
A
Hmm les thèmes au premier abord ne me parlaient pas et tu confirmes que je n'y trouverais pas mon compte.
Répondre
C
c'est pas comme si on n'avait rien à lire, hein! ;)
A
Je me demandais ce que donnait ce roman ; ton avis m'éclaire mais ne me donne pas davantage envie de le découvrir.
Répondre
C
c'est dommage.
K
Son roman précédent ne m'avait pas convaincue, et je ne compte pas essayer à nouveau...
Répondre
C
moi non plus!

Nous sommes sociaux !