Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Frieda - Annabel Abbs

Publié par Choup sur 28 Juillet 2021, 13:54pm

Catégories : #Ma bibliothèque

frieda annabel abbs biographie lady chatterley

C'est un peu par hasard, en discutant avec la bibliothécaire, que j'ai emprunté cette biographie de Frieda von Richthofen. Fille d'un baron allemand ruiné par son addiction au jeu, Frieda se marie très jeune à un anglais plus âgé rencontré à Metz (alors allemande, nous sommes fin du 19ème siècle, l'histoire débute ici en 1907), Ernest Weekley, qui deviendra une sommité dans le domaine de l'étymologie. Mais Ernest est un anglais pur jus, morale étriquée (copulation uniquement pour objectif de reproduction (lie back and think of England!)), accroché à la bienséance etc. Pourtant, il aime véritablement Frieda. Fantasque Frieda, qui rit trop fort, voudrait plus de liberté corporelle (charnelle), qui voudrait aussi pouvoir réfléchir, discuter avec son mari des études de celui-ci etc.

En 1907, lors d'un voyage en Allemagne pour voir ses soeurs, toutes deux mariées plus avantageusement (en termes pécuniaires au moins), et surtout plus libres dans leurs moeurs, elle fait la rencontre du docteur Otto Gross (compagnon des débuts de Freud et Jung), un des pères de la psychanalyse. Elle a une courte liaison avec lui, le temps de son séjour, et il lui fait découvrir la jouissance et la psychanalyse. Frieda en est totalement changée. Comment vivre désormais dans la grisaille (aussi bien morale que météorologique) anglaise?

En 1912, elle rencontre un élève de son mari, un certain...D.H. Lawrence. Car Frieda c'est Lady Chatterley. Et bien d'autres personnages du prolifique et sulfureux écrivain anglais.

Frieda relate dans une biographie romancée la vie de Frieda von Richthofen. Une vie pleine, mais faite autant de moments de bonheurs que d'abîmes de souffrances. Une femme qui voulait vivre sa vie, ne pas être enfermée dans un rôle. Une des premières à remettre véritablement en cause le patriarcat, et qui le paya très cher.

Si mon enthousiasme ne débordait pas pendant les 100 premières pages, notamment à cause d'un style pas franchement folichon, je me suis ensuite beaucoup plus sentie investie dans cette histoire tragique d'une femme en avance sur son temps. A-t-elle vraiment écrit certains passages des productions de Lawrence (qu'elle appelait Lorenzo) comme le suggère Annabel Abbs? Je ne sais pas, mais ça collerait bien avec son personnage, son intelligence, sa volonté farouche d'être entendue et respectée dans ses capacités intellectuelles.

Si il y a à mon sens quelques longueurs au cours des 450 pages de Frieda, Annabel Abbs essaie d'écrire un ouvrage qui laisse sa place à tous les protagonistes, y compris les enfants, eux aussi victimes d'une époque où la femme adultère était rejetée, vilipendée, interdite de voir sa progéniture. Cela donne un livre équilibré, qui offre des portraits riches, nuancés. Lawrence n'en ressort pas forcément grandit, loin de là.

Quand on est femme, on ne peut qu'être révoltée par le destin de Frieda von Richthofen. Les douleurs qu'elle a endurées, juste parce qu'elle voulait être elle-même...on est admirative de son courage, de sa ténacité.

J'ai apprécié, en fin d'ouvrage, des bio de certains des personnes: Ernest, les soeurs de Frieda, Lawrence bien sûr, mais aussi Gross ou les frères Weber. De même, Annabel Abbs explique pourquoi elle a changé certaines choses pour des raisons de fluidité narrative. La qualité en terme de rigueur historique de la biographie semble être bonne. A lire donc!

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 29/07/2021 09:10

Une femme en avance sur son temps que je découvrirai bien. Merci du conseil.

Choup 31/07/2021 15:05

Avec plaisir!

keisha 29/07/2021 07:34

Merci de nous faire découvrir cette femme!

Choup 31/07/2021 15:05

de rien! une belle découverte pour moi. il me faudrait relire Lady Chaterley.

Nous sommes sociaux !