Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Mademoiselle de Joncquières - Emmanuel Mouret

Publié par Choup sur 15 Février 2021, 10:31am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Mademoiselle de Joncquières - Emmanuel Mouret

Entre deux soirées dédiées au visionnage des saisons de Game of Thrones que je n’avais toujours pas vues, j’ai regardé sur Arte l’adaptation d’Emmanuel Mouret d’un texte de Diderot, Mademoiselle de Joncquières. De Mouret, j’avais adoré Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait, réflexion sur le couple et l’amour, sur les attentes, les occasions manquées etc. Pourtant ce n’était pas gagné, mon premier Mouret, je ne l’avais pas particulièrement apprécié. Je me suis décidée pour Mademoiselle de Joncquières pour Edouard Baer, et Cécile de France, dans un rôle un peu à contre-emploi. Et ce fut un excellent moment de cinéma à la maison.

Adapté d’un épisode de Jacques le Fataliste, Madame de Joncquières conte l’histoire, au XVIIIè siècle, de l’amour trahi puis de la vengeance de Madame de La Pommeraye (Cécile de France). Veuve vivant à l’écart de la bonne société en province (le film est tourné au château des sourches, à Saint-Symphorien), elle finit par céder, après des mois de cours assidue, aux avances du marquis des Arcis, libertin notoire (Édouard Baer). Après quelques temps, il s’intéresse plus à ses projets de construction qu’à sa belle. Ils se séparent, et elle fomente une terrible vengeance : elle prend sous son aile une ancienne aristocrate et sa fille condamnées à la prostitution (elles aussi victimes d’un libertin) et s’en sert d’arme pour abattre Arcis. Lui faire aimer la jeune Mademoiselle de Joncquières, puis lui révéler qui elle est vraiment. Evidemment, cela ne finit comme Madame de La Pommeraye l’aurait souhaité.

Emmannuel Mouret m’a encore une fois convaincue par son film d’une grande élégance dans la mise en scène. Il met son duo d’actrice et acteur dans un écrin de verdure dont il tire un décor sublime où la noirceur d’une âme se cache. Cécile de France est absolument remarquable. Je ne l’ai pas vue dans tant de films que cela, L’auberge espagnole et ses suites bien sûr, Django, Mauvaise Foi, En équilibre, Un secret et c’est à peu près tout. Elle m’a bluffée de maîtrise dans le rôle de cette femme rendue cruelle par l’amour bafoué, retorse et totalement dénuée d’empathie pour qui que soit d’autre qu’elle-même.

Chaque personnage est pareillement observé par Mouret, personne n’est jugé, même Madame de la Pommeraye. Qui fait elle-même son malheur. Mouret sait très bien mettre au jour les esprits et les corps qui s’affrontent, l’ironie, le décalage entre les mots et les gestes. Un excellent film.

Commenter cet article

gambadou 25/02/2021 17:06

J'avais beaucoup aimé à sa sortie

Choup 10/03/2021 11:06

un film plein de charme.

dasola 23/02/2021 15:13

Bonjour Choup, oui, un très bon film que j'ai eu le plaisir de revoir sur Arte. Je le trouve nettement supérieur à son dernier "Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait". Cécile de France est très bien. Bonne après-midi

Choup 10/03/2021 11:06

je trouve que ces deux films sont très différents. Je crois que l'élégance des décors, des personnages en eux-mêmes font beaucoup sur l'impression générale du film. On n'est clairement pas dans les mêmes univers.

Alex-Mot-à-Mots 16/02/2021 20:57

Un bonheur, ce film.

keisha 15/02/2021 14:08

Pas vu ... mais j'ai lu Jacques le fataliste! ^_^

Choup 10/03/2021 11:07

ah moi c'est l'inverse donc!

Une Comete 15/02/2021 11:39

Vu au cinéma du temps où on pouvait encore ... j’avais adoré ...finesse élégance belle langue intrigue délicieusement sournoise ... quel regal ce film !

Choup 10/03/2021 11:08

oui un régal, comme tu dis. et malgré les costumes, on ne tombe pas dans certains travers du genre, qui ressemble à quelque chose de trop théâtral parfois.

Nous sommes sociaux !