Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Blanc autour - W. Lupano & S. Fert

Publié par Caroline sur 19 Janvier 2021, 09:32am

Catégories : #BD, #album, #coups de coeur

blanc autour stéphane fert wilfrid lupano dargaud prudence crandall école noirs racisme

Blanc autour s'inspire d'un épisode peu glorieux de l'histoire américaine: celle d'une école pour jeune fille Noires dans le Connecticut dirigée par Prudence Crandall. On est dans les années 1830, l'esclavage n'est pas aboli, sauf dans certains Etats du nord du pays, comme celui où se déroule cette histoire. Mais, bien sûr, le racisme ne connaissant pas de frontière, cette école est vue d'un très mauvais oeil par les locaux.

Prudence Crandall et ses pensionnaires vont être en butte à la haine et la violence des habitants de Canterbury. Prudence sera même emprisonnée brièvement : pour contrer l'ouverture de l'école, une loi est votée qui interdit aux élèves venant d'autres Etats d'y suivre les enseignements.

Une fois de plus Wilfrid Lupano (Les vieux fourneaux, Le traquemage pour ne citer qu'eux) développe les thèmes qui lui sont chers: humanisme, lutte contre le racisme, éducation etc. A travers cette histoire, celle de Crandall, mais surtout de ses pensionnaires, de jeunes filles décidées à apprendre, à s'élever, Lupano nous offre une photographie des Etats-Unis de l'époque, où le débat sur l'esclavage prend de plus en plus d'ampleur, où le statut de citoyen est au coeur des rapports Blancs/Noirs.

Comme à son habitude, Wilfrid Lupano ne manque pas de parsemer son récit de moments d'humour et d'espoir, égayant un récit pourtant déprimant (l'école finit incendiée). Associé au dessin subtil et doux de Stéphane Fert, son scénario prend toute son ampleur, tout sa portée humaine et humaniste. Il nous rend toutes ces femmes attachantes.

Au départ, je me suis demandée pourquoi ce titre, Blanc autour. Après lecture, je le comprends comme l'illustration de ce qu'était cette école: un îlot d'instruction et d'ouverture encerclé, assiégé par la haine des Blancs. Une très belle réussite, une lecture nécessaire.  On notera que les dernières pages sont consacrées au portrait de certaines élèves de l'école, une note de la conservatrice du musée dédié à Prudence Crandall, et une bibliographie.

A prolonger avec Noire d'Emilie Plateau, qui évoque le destin de la première femme qui refusa de la laisser sa place dans un bus, et non, ce n'est pas Rosa Parks, mais Colette Colvin. Un destin injustement oublié.

 

Commenter cet article

A_girl_from_earth 20/01/2021 23:45

Je viens de le noter chez Jérôme !:) J'adore le graphisme, rien qu'au travers de la couverture, et bien sûr, le sujet m'intéresse.

Choup 27/01/2021 13:28

une totale réussite ,sur le fond comme sur la forme. Bonne lecture!

Gambadou 20/01/2021 12:04

Noté tout de suite pour le CDI du collège !

Choup 27/01/2021 13:28

un indispensable, et je pense qu'il sera apprécié par les élèves.

Nous sommes sociaux !