Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Petite fille - Sébastien Lifshitz

Publié par Caroline sur 4 Décembre 2020, 08:15am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Petite fille - Sébastien Lifshitz

Elle a 7 ans, elle s'appelle Sasha. Mais d'aucuns voudraient encore dire "il". Car Sasha est née dans le corps d'un garçon. Sur une année, Sébastien Lifshitz suit le parcours de cette petite fille et de sa famille. Un parcours difficile, fait de petits bonheurs et de grands moment de souffrance.

Le réalisateur Sébastien Lifshitz avait fait le tour des radios et chaînes de télévision pour parler de son film documentaire, j'avais donc hâte de le voir, et je n'ai pas été déçue. Petite fille est un film lumineux qui n'occulte rien des questionnements, des coups d'arrêts, que vivent Sasha et sa famille. Les parents et les frères et soeur de la petite fille expliquent leur ressenti.

On sourit devant cette enfant pleine de vivacité, on pleure avec elle dans le bureau d'une doctoresse (pédopsychiatre) d'un hôpital parisien quand elle s'effondre lorsqu'on lui parle de l'école. L'école, totalement imperméable, qui freine des quatre fers, pour ne pas dire maltraite cette enfant en refusant qu'elle s'habille comme elle l'entend. Qui refuse de la comprendre, encore moins de l'accepter. Quand les parents organisent une rencontre avec la pédopsy qui se déplace exprès depuis Paris, personne de l'école ne se vient, et ce, sans prévenir ni expliquer. La colère des parents est énorme et on la comprend aisément.

C'est une souffrance terrible pour Sasha, qui n'ose pas inviter le peu d'ami.e.s qu'elle a, de peur qu'ils/elles se moquent de sa chambre typiquement genrée petite fille (licornes, rose etc).

On parle de disphorie de genre pour Sasha, mais comme le précise la doctoresse qui l'a reçue dans une interview lue récemment, dans le cas de Sasha ce n'est pas vraiment le terme qui convient. Car il n'y a pas de souffrance concernant son identité. Sasha affirme tranquillement et sans peine qu'elle se sent fille, depuis qu'elle a 3 ans. C'est bien l'entourage qui pose problème.

Un très beau film, plein d'espoir (l'école accepte enfin que Sasha soit inscrite comme "fille") et d'humanité. A voir absolument. Disponible à la demande sur Arte.

Sur le même thème, mais traité sous forme de fiction, le film Girl de Lukas Dhont une fiction tirée d'une histoire vraie.

 

Commenter cet article

A
Je l'ai vu et ça m'a beaucoup touchée. A l'école, nous avons régulièrement des ados qui veulent changer de sexe pour être enfin eux-mêmes, et certains ne sont pas soutenus par leurs parents, c'est très dur.
Répondre
C
Je n'ose imaginer en effet la solitude et la douleur de ces enfants/ado...
P
je ne voulais pas écrire "le réaliste" mais "le réalisateur"...
Répondre
P
Vu la bande annonce et le réaliste sur 28' d'Elisabeth Quin mais pas regardé... Peut-être en replay.<br /> En tout cas c'est à cette fillette de décider et heureusement sa famille l'accompagne mais que les autres ne suivent pas (école...), je ne trouve pas ça normal, ce n'est pas leur problème, ils doivent faire avec !
Répondre
C
absolument: de quoi se mêlent-ils/elles?? Je trouve ça complètement dingue.
P
J'ai beaucoup aimé aussi, même si je le trouve moins fort que Girl. Les parents de cette petite fille sont formidables, et on voit bien que c'est la société qui a un problème...
Répondre
C
C'est différent de Girl. Il y a quand même toute une dramaturgie dans le film. Ici, je dirai que c'est moins "emphatique" que dans le film. C'est vraiment terrible que des gens ne soient pas capable d'accepter la décision de cette enfant...

Nous sommes sociaux !