Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Podcast - L'ogre du lait - Inès Léraud

Publié par Caroline sur 7 Novembre 2020, 09:28am

Catégories : #Podcast

ogre du lait podcast les pieds sur terre lactalis france culture

Deuxième billet sur mes écoutes de podcasts, après celui intitulé Moby Dick cet été. Une fois de plus c'est sur France Culture, mais dans la case Les Pieds sur Terre. L'ogre du lait, une enquête en trois épisodes d'Inès Léraud (avec Disclose) est un passionnant podcast sur Lactalis, le numéro 1 mondial des produits laitiers. C'est édifiant, sidérant, écoeurant.

Le premier épisode se penche sur la pollution de la rivière de la Seiche en Ille-et-Villaine à Retiers, par une usine du groupe. Une pollution signalée mais traitée qu'après plusieurs jours et de nombreux signalements. C'est finalement le fait d'avoir alerté les medias qui a fait bouger les dirigeants de l'usine/Lactalis. Près de 8km de rivière ont été totalement "stérilisés". Tous les poissons et la faune sont morts.

Le deuxième épisode se penche sur les producteurs de lait "prisonniers" de Lactalis sur Belle-Ile-en-mer, et le projet de fonder une laiterie indépendante, qui peine à voir le jour.

Enfin, le dernier épisode se penche sur le cas de Roquefort, village d'origine du fameux fromage, quasi propriété du groupe Lactalis, et plus ou mains laissé à l'abandon. LePire, le groupe vient de lancer un Bleu de Brebis, clairement concurrent du roquefort et qui n'a pas le cahier des charges de l'AOP.

L'enquête d'Inès Léraud fait comprendre à quel point ce géant mondial français, est un géant industriel comme les autres: avide, cupide, complètement indifférent au terroir, aux territoires, à la nature ou aux exploitant.es. A mon niveau, il est évident que je vais maintenant me pencher sur toutes les marques du groupe, pour essayer de trouver le plus d'alternatives possibles. J'achète mon fromage chez un fromager qui travaille avec des fermiers, mais je ne manquerai pas de poser la question. Par exemple, je n'achèterai plus des Roquefort de la marque Société, propriété de Lactalis. C'est peu, mais clairement, je ne peux pas en conscience continuer de donner de l'argent à ce groupe. Evidemment, je pense aux exploitants. Mais que faire d'autre, à part encourager ceux qui sont restés indépendants, ou ont réussi à s'émanciper de l'Ogre du lait?

Commenter cet article

A
Vu le documentaire qui m'avait effrayé.
Répondre
A
Aaah et s'il n'y avait qu'eux...
Répondre
A
Je suis abonnée à un journal normand en ligne payant qui a publié cette enquête au fur et à mesure. Ecoeurant à un point ! Il va de soi que je n'achèterai rien venant de chez eux. J'ai assez de petits producteurs et de bons commerçants autour de moi.
Répondre
C
Ecoeurant c'est le mot oui. J'ai fait un peu le tour des marques qu'ils possèdent, et à part le lait, je ne prends rien chez eux. Ca sera donc facile de s'en passer!

Nous sommes sociaux !