Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


L'esprit des lieux - Alain Monnier

Publié par Caroline sur 8 Juin 2020, 09:57am

Catégories : #Ma bibliothèque

alain monnier l'esprit des lieux essai histoire niaux camp rivesaltes

Une fois n’est pas coutume, je vous propose de lire cet essai d'Alain Monnier, L'esprit des lieux, qui nous parle ici de cette sensation qui nous traverse parfois quand nous visitons des lieux chargés d’histoire.

Une expérience et une sensation d’autant plus fortes qu’elles sont rares. Alain Monnier le dit bien : on peut visiter des tas de bâtiments, de lieux où se sont déroulés des faits historiques remarquables sans ressentir grand-chose. Ce dont il nous parle ici, ce sont les émotions rares, fortes, de sentir l’histoire, avec un grand H, mais aussi les individus qui l’ont écrite, ou qui l’ont subie d’ailleurs.

A ses côtés, nous partons à Paris, sur les traces des massacres de septembre 1792, à la chapelle des Carmes et à la Chapelle expiatoire où reposent les corps de Marie-Antoinette et Louis XVI. Un détour par la villa Medicis à Rome ou encore au Mont Valérien. Mais aussi plus près de chez moi, au camp de Rivesaltes, tristement célèbre pour avoir été le lieu d’enfermement des Républicains espagnols, mais aussi de Juifs qui furent ensuite déportés à Auschwitz, et après guerre des Harkis.

C’est en 1995 qu’il aperçoit l’alignement des baraquements alors qu’il est à bord d’un vol Paris-Perpignan. Il ne vient pas pour visiter le camp, mais il est irrémédiablement attiré par lui. Il a grandi à quelques dizaines de kilomètres de là. Alors qu’il pénètre dans le camp, qu’il le parcourt, c’est comme si ceux et celles qui étaient passés par là reprenaient vie devant ses yeux. Il décrit tout cela avec beaucoup de sincérité et certains paragraphes sont bouleversants.

Moins triste, mais tout aussi fort, Alain Monnier partage ses émotions lors de la visite de la grotte de Niaux, en Ariège. Autre lieu, autre atmosphère, lorsqu’il visite cette grotte dans la vallée de Vicdessos, proche de Tarascon-sur-Ariège. On entre dans le ventre de la montagne, on la sent au-dessus de soi. Puis vient le fameux Salon noir et ses trésors : des magnifiques figures pariétales, des dessins d’animaux préhistoriques réalisés au charbon de bois pour la plupart et datant de 13 000 ans.

Dans ce salon noir, c’est comme si l’histoire de l’humanité rattrapait l’auteur. Alain Monnier les imagine, ces artistes si l’on peut dire, agenouillés, dessinant ces bisons, chevaux, bouquetins et autres poissons. On apprend avec lui que d'autres animaux n'ont jamais été peints, ce qui laisse à penser que ces dessins ne sont pas seulement des représentations de l'environnement des hommes et femmes de l'époque, mais bien une sorte de première croyance qui aura été transmise et perpétuée sur des milliers d'années.

Il observe dans le sol les empreintes de pieds parfois minuscules comme ceux d’enfants. C’est comme si il était avec ces hommes et ces femmes d’il y a plus de 10 000 ans, à leur côté, cheminant dans la grotte. Et toutes les générations en suivant, jusqu’à aujourd’hui. Une sensation vertigineuse.

L’esprit des lieux est une invitation à  la découverte de l’autre, et aussi à l'introspection.

On sent chez Alain Monnier une passion pour l’histoire, pour l’humain, une grande sensibilité. Pour lui l’esprit des lieux, et je partage cette vision, nous permet d’approcher des individus et des époques très éloignés et les rendre proches. Et quelque part nous amène à un peu (beaucoup) d'introspection sur notre place dans le monde, et les traces que nous laisserons.

Un essai sensible, pour les passionnés d’histoire, mais pas que. Et qui, bien entendu, donne envie de visiter ces lieux en personne.

Commenter cet article

L
Merci pour la découverte ! Quand je visite un lieu, j'adore imaginer son passé et les personnes qui ont pu y vivre. Ce texte me parlerait sûrement ! Je me le note !
Répondre
C
c'est très plaisant à lire, et ça fait aussi réfléchir à la façon dont nous appréhendons nos visites.
A
Je ne connais pas cette grotte, mais l'auteur et toi me donner envie de la visiter.
Répondre
C
c'est une envie que j'ai aussi, maintenant! et comme toi, avant de lire ce livre, je n'en avais jamais entendu parler.
A
Pour rebondir sur le commentaire de Keisha, j'ai éprouvé quelque chose de ce genre du côté de Verdun, en voyant le sol encore marqué par la guerre et à Lascaux II où malgré les visiteurs, l'impression a été très forte. Un thème fort intéressant.
Répondre
C
moi c'était dans un château médieval, bien dans son jus. Les marches creusées par les pas de tout ceux qui étaient passés par là.
K
A lecture du billet, on se demande quels lieux nous ont fait cet effet...
Répondre
C
oui, moi aussi je me suis posé la question...ils sont rares, mais il y en a eu.

Nous sommes sociaux !