Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Ce que j'appelle oubli - Laurent Mauvignier

Publié par Caroline sur 17 Février 2020, 09:57am

Catégories : #Ma bibliothèque

ce que j'appelle oubli laurent mauvignier récit fait divers meurtre

Tiré d'une histoire vraie, Ce que j'appelle oubli est un texte composé d'une seule phrase, un cri, un râle. Un homme, un SDF, est frappé à mort par des vigiles dans un hangar de supermarché, parce qu'il avait pris une bière et l'avait bue dans les rayons du magasin. Quatre hommes contre un seul.

De ce fait divers réel survenu à Lyon en 2009, Laurent Mauvignier, dont c'est le premier livre que je lis, tire un texte qui parle de violence, de vie gâchée, perdue. Il m'a fait l'effet d'un métronome, son tic-tac lancinant qui une fois lancé ne s'arrête plus. Son mouvement de balancier, comme les pensées du narrateur, dont nous ne saurons jamais qui il/elle est, nous emmène dans l'avant, puis l'après, et fait des aller-retours.

Ce que j'appelle oubli, parle de la mort par surprise, surprise pour la victime, pour les agresseurs. L'incrédulité des uns et des autres. Submergés par la violence de la meute. La bêtise. La mort injuste, inique. "On ne tue pas pour ça". Pas pour une bière. Pour plus alors? Deux? 24? "le vrai scandale ce n'est pas la mort, c'est juste qu'il n'aurait pas fallu mourir pour ça, une canette pour rien, comme si on pouvait accepter qu'ils tuent, les vigiles, si c'est utile, s'ils n'ont pas le choix"

Au final, j'ai trouvé le texte juste, mais redondant par moments, peut-être pris dans sa mécanique qui parfois tourne un peu à vide. Il reste cependant l'horreur de cette mort barbare.

.."car alors que lui était vide de tout ils ont pris son corps pour le remplir et le gaver des défauts dont ils voulaient se débarrasser, eux, comme un sac à remplir de pierres, de gravats, de déchets, et il s'est retrouvé gros et difforme de leurs mensonges, des bla-bla, bla-bla, encore, prétendant que le cœur avait lâché..."

"cette blessure quand il se serait demandé, pourquoi vous m'avez méprisé, moi? est-ce que c'est vraiment à cause d'un survêt et d'un t-shirt? de mes cheveux?"

 

Commenter cet article

U
ben voilà, aujourd'hui j'arrive à commenter... ce livre m'a énormément marquée, je l'ai trouvé bouleversant comme souvent les romans de Mauvignier, on aime ou on aime pas, mais c'est très très fort ...
Répondre
C
je crois justement que j'en attendais trop, ayant tellement entendu de bonnes choses et sachant que le sujet était tiré d'un fait divers. je ne renonce pas et lirai un autre roman de lui pour me faire une idée plus précise.
A
Les rencontres étaient intéressantes, mais les thèmes ne me parlaient pas ..
Répondre
C
ah ok. je comprends donc... perso, j'ai pris ce texte parce qu'il était très court, alors que la période était très chargée en lectures, et je m'étais dit que ça pouvait me donner une idée de son univers. je vais quand même essayer, d'ici quelques temps un autre texte, une vraie fiction pour me faire une idée définitive.
A
Un roman qui m'avait marqué, car j'ai appris seulement en fin de lecture qu'il partait d'un fait réel.
Répondre
C
alors que moi, j'avais lu et su dès le début que c'était un fait (tristement) réel.
A
J'ai rencontré Laurent Mauvignier deux fois, mais je ne l'ai pas lu ; je n'ai pas l'impression que ses romans me plairaient.
Répondre
C
Mais est-ce que ces rencontres étaient intéressantes au moins? Et il ne t'a donc pas donné envie de le lire?
A
Mauvignier reste un des mes auteurs français contemporains préférés.
Votre première "rencontre" n'a pas été 100 % réussie. Pour autant, en tant que "fan", je ne peux que te conseiller de persévérer, notamment avec "Les Hommes" ou "Dans la foule" qui sont plus polyphoniques et qui te sembleront peut-être moins redondants...
Répondre
C
J'avoue être restée un peu sur le bord de la route avec ce texte, qui a pourtant beaucoup de bons côtés...Merci pour ces conseils, en tout cas, ça me permettra de me faire définitivement mon idée sur cet auteur!

Nous sommes sociaux !