Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Lautrec- Matthieu Mégevand

Publié par Caroline sur 3 Décembre 2019, 15:40pm

Catégories : #Ma bibliothèque, #Arts et Lettres, #coups de coeur

lautrec matthieu mégevand toulouse-lautrec peintre moulin rouge biographie la goulue peinture

Même sans le savoir, on a forcément vu un jour une de ses œuvres, notamment celles pour le Moulin rouge, avec la célèbre danseuse surnommée La Goulue. Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa nait dans une famille de la noblesse tarnaise.

Et comme beaucoup de ces familles de la noblesse qui se marient entre-elles pour éviter la dispersion du patrimoine, la consanguinité a fait son œuvre. Les parents de Lautrec étaient cousins germains.  Toulouse-Lautrec est né en 1864 à Albi avec une maladie rare qui fragilise ses os et freine sa croissance. Il ne mesurera que 1m52. Un tronc de taille normale, mais des membres courts, claudiquant. Toute sa vie, il sera d’ailleurs l’objet de moqueries : nabot, crapoussin, boiteux et j’en passe.

Mais cet homme est habité par un appétit de création dévorant. Et la scène d’ouverture nous en apprend énormément sur lui. Il assiste à une opération chirurgicale une ablation de la rate (oui, à l’époque c’était leur télé-réalité j’imagine !) et alors que d’autres manquent s’évanouir, lui observe avec avidité ce corps humain qu’il va passer sa vie à dessiner. Lautrec est, comme il le dit, au service de son serpent, un besoin vital de créer.

Avec Lautrec, Matthieu Mégevand recrée toute époque, et l’on croise de grands noms. Lautrec sera l’ami de Vincent Van Gogh, ce grand hollandais austère, il adule Degas, qui ne le lui rend pas. Et avec lui, nous écumerons les bars, les cabarets. Et bien sûr l’un des plus célèbres d’entre eux, le Moulin Rouge, où il aura sa table.

Ce sont ses dessins pour le Moulin Rouge qui vont le rendre célèbre, au Moulin de la galette également, ses tableaux mais surtout ses affiches publicitaires feront sa gloire. Son style si particulier devient très recherché, il ne s’arrête plus de travailler. 

Pourtant, Lautrec l’homme, ce nabot comme on l’appelle, sera certes célèbre mais malheureux. C’est tout le drame de sa vie. Il aura des muses, Carmen, Marie-Clémentine Valadon, dite Maria, ou encore Jane Avril. Mais ces femmes ne l’aimeront jamais, certaines l’utiliseront comme Carmen, Jane ne l'aimera que comme un frère.  Et lui qui avait déjà le verre facile, il sombrera à plusieurs reprises dans des abîmes, ne dessoûlera pas pendant des semaines.

Lassé des cabarets et du monde du spectacle, il s'installera dans un bordel, chez des prostituées, rue des Moulins.  Seules à être, selon lui, sincères une fois leur travail terminé. Il y restera quelques temps. Atteint de la syphilis, interné deux mois en 1899, il meurt à Malromé en Gironde en 1901.

Matthieu Mégevand, avec ce Lautrec, offre un roman biographique (je préfère ce terme à celui de biographie romancée). J’ai lu ce bouquin quasi d’une traite, de Lautrec je ne connais pas grand-chose de sa vie, et là j’ai plongé dans ses pensées, dans le Paris des cabarets, avec la gouaille, la vulgarité aussi, le bouillonnement artistique, le pittoresque. Lautrec est un ouvrage charnel, excessif parfois comme l'être qu'il décrit. Mégevand a un sacré talent pour nous immerger là-dedans, on pourrait presque entendre la musique, sentir les odeurs. J’ai adoré !

Ce roman est le second d'une trilogie sur la création, le premier intitulé La bonne vie, est consacré à poète Roger Gilbert-Lecomte. Le prochain, en cours d'écriture nous emportera (du moins je l'espère) dans la vie de Mozart.

Commenter cet article

Z
Lautrec est un peintre que j'apprécie et que je trouve assez fascinant. Alors évidemment, ce roman biographique comme tu dis me fait très envie. Merci pour la découverte .
Répondre
C
Avec plaisir! Un régal de lecture, vraiment.

Nous sommes sociaux !