Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Une femme iranienne - Negar Azarbayjani

Publié par Caroline sur 12 Juillet 2019, 13:00pm

Catégories : #Petit & grand écran

femme iranienne negar azarbayjani film iran taxi

Premier film de la scénariste et réalisatrice iranienne Negar Azarbayjani, elle aborde pour la première fois dans son pays le sujet du changement de sexe dans cette république islamique. Ce que j'ai appris en faisait quelques recherches pour écrire mon billet sur ce film, c'est que lors de la révolution de 1979, l'Ayatollah Khomeini fit voter une fatwa en sa faveur, l'Etat pouvant aller jusqu'à prendre en charge la moitié des frais d'opération.

Dans ce film sensible et intelligent sur la féminité, Negar Azarbayjani confronte deux femmes: Rana, assez traditionnaliste, doit conduire un taxi (contre la loi) pour tenter de rembourser les dettes de son mari (il est prison pour cela); Adineh, issue d'une famille riche mais qui s'habille en homme, a les cheveux coupés très courts et veut devenir un homme. Son père, rigoriste et ayant peur du qu'en dira-t-on a décidé de la marier de force. Adineh s'échappe donc, et sur la route, elle monte dans le taxi de Rana.

D'abord choquée par la révélation d'Adineh, Rana va petit à petit se ranger de son côté, jusqu'à carrément l'aider. Se mettant elle-même en danger.

Une femme iranienne est une réflexion pertinente sur ce qu'est être une femme en Iran de nos jours. Et pas seulement quand on veut changer de sexe. Comme dans Taxi Téhéran, c'est dans ce mode de locomotion que se révèlent et se jouent les destins de ces deux femmes. Là où la société se retrouve l'espace de quelques instants. A l'abri des regards et des oreilles indiscrètes.

Negar Azarbayjani propose un film dynamique sur la forme, beaucoup de gros plans pour être au plus près de ses personnages, et très juste sur le fond. Les deux actrices,  Ghazal Shakeri, Shayesteh Irani sont parfaites.

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !