Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Moi, Tonya - Craig Gillespie

Publié par Caroline sur 27 Juillet 2019, 10:28am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

moi tonya harding craig gillespie patinage kerrigan attaque

En 1994, le milieu sportif est bouleversé en apprenant que Nancy Kerrigan, jeune patineuse artistique promise à un brillant avenir, est sauvagement attaquée. Plus choquant encore, la championne Tonya Harding (Margot Robbie, parfaite) et ses proches sont soupçonnés d'avoir planifié et mis à exécution l'agression…

C’est sous la forme d’un pseudo documentaire que Craig Gillespie se propose de relater l’histoire de ce fait divers qui marqua l’histoire du sport. Chaque protagoniste de cette rocambolesque farce est interrogé…et donne sa version des faits. Tonya, Jeff son mari (qui la battait), sa mère LaVona (absolument terrifiante de nombrilisme et de perversité envers sa fille), Shawn ami de Jeff qui se prend pour un expert du contre-terrorisme international et qui est absolument pathétique. Et le montage est parfait, qui montre les contradictions, les mensonges etc.

Moi, Tonya est un film vraiment très bien fichu, filmé d’une caméra un rien brutale, et qui par là même dévoile l’univers empreint de violence dans lequel évolue Tonya Harding, une « white trash » comme disent les Américains : de la populace sans éducation, vulgaire, qui ne fait pas partie du milieu du patinage, beaucoup plus bourgeois. Et de fait, la mère de Tonya, LaVona (excellente Allison Janney) est serveuse, son père, on ne sait pas trop, mais il disparaît vite du tableau, chassé par la mère, véritable harpie qui pousse dès 4 ans Tonya sur la patinoire.

Et pousser est un mot faible pour retranscrire la violence de cette mère abusive, qui ambitionne rien moins que le succès pour sa fille, tout en l’humiliant, car ce n’est que comme ça qu’elle se bouge, « la feignasse ». (Cela rappelle le comportement des entraineures de Margarita Mamun, vue dans le documentaire de Marta Prus, Limites). Tonya n’est pas seulement abusée verbalement, sa mère la frappe également. Tonya grandit dans la violence, qui devient pour elle un mode de fonctionnement.

Ce n’est donc peut-être pas un hasard si elle tombe amoureuse de Jeff. Qui la bat. En fait, ils se battent. Mais elle revient toujours.

Moi, Tonya est le film d’un destin qui aurait pu être fabuleux, mais qui fut brisé. Tonya Harding a été la victime de deux milieux : celui du patinage, qui la rejetait parce qu’elle ne rentrait pas dans le moule, le sien par sa violence, qui l'enfonce, qui la condamne, à de multiples niveaux. Gillespie évoque aussi l'énorme médiatisation de l'affaire.

Je vous laisse découvrir si oui ou non Tonya Harding était la commanditaire de l’attaque contre Nancy Kerrigan.

Commenter cet article

M
Je l'ai acheté en DVD car je l'avais raté à sa sortie. J'ai hâte de le voir...
Répondre
C
un super film!
K
Cette historie ne m'est pas inconnue. Si le film est réussi...
Répondre
C
Très, autant sur la réalisation que sur l'interprétation!
A
je le note !
Répondre
C
il te plaira j'espère
U
J’ai adoré ce film incroyable !!!
Répondre
A
Un film qui m'avait bouleversé.
Répondre

Nous sommes sociaux !