Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Timika, western papou - Nicolas Rouillé

Publié par Caroline sur 18 Décembre 2018, 09:47am

Catégories : #Ma bibliothèque

timika western papou nicolas rouillé anacharsis papouasie OPM capitalisme

Avec ce roman noir de chez noir, nous sommes propulsés en Papouasie occidentale, au nord de l’Australie, une ancienne colonie hollandaise, indépendante dans les années 60 et annexée par l’Indonésie voisine (pour sa partie occidentale donc).

Gaz, pétrole, bois et plus encore cuivre et or sont les richesses qui font de cette terre un eldorado. Et ce sera là l’enjeu de nombreux combats. Nous débarquons à Timika au côté d’un vendeur de rue, nous suivons ensuite des indépendantistes de l’OPM, des trafiquants, un journaliste australien et j’en passe.

Timika est un roman choral qui peint un tableau saisissant et effrayant du capitalisme le plus cynique, et de la colonisation indonésienne. Le récit d’un peuple que l’on tente de réduire au néant

Nicolas Rouillé s’est rendu plusieurs fois en Papouasie et cela se sent dans l’intensité de l’écriture pour raconter en effet la colonisation qui anéantit une population, par mépris, appât du gain. La grosse compagnie américaine qui pollue sans scrupule, sous la protection des militaires. La destruction systématique dont nous sommes les témoins dans ce roman est ahurissante.

Nicolas Rouillé propose un roman extrêmement bien documenté, ses personnages ont de la chair. Et d’ailleurs, il aurait pu tomber dans le manichéisme, le noir et blanc. Et il évite brillamment l’écueil, tous ses personnages sont profondément humains, le meilleur et le pire se côtoient, parfois dans le même personnage.

Timika est autant un polar, qu’on roman politique, un roman d’aventures, et aussi un roman écolo. On ne peut pas lire ce bouquin sans ressentir la révolte, le désespoir des Papous, de ces gens qui affluent à Timika dans l’espoir de faire fortune, comme le far-west américain au 19ème siècle.

L’écriture de Nicolas Rouillé m’a complètement emportée, par moment j’étais comme hypnotisée par cette histoire qui est une espèce de condensé de ce que notre civilisation capitaliste a de pire.

Ce roman est publié chez Anacharsis, une excellente maison d'édition toulousaine où vous pouvez trouver plein de bonnes choses...saga islandaises, essai historiques et j'en passe.

Commenter cet article

A
Un western papoue ? Tu m'intrigues....
Répondre
K
Voilà qui est original (un western papou) mais a l'air plus qu'intéressant
Répondre

Nous sommes sociaux !