Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La douleur - Emmanuel Finkiel

Publié par Caroline sur 25 Novembre 2018, 09:52am

Catégories : #Petit & grand écran

la douleur emmanuel finkiel mélanie thierry film marguerite duras

La douleur, c'est le récit de l'attente d'un retour. Celui de Robert Antelme, époux de Marguerite Duras. Je n'ai pas lu le livre, ni rien de Marguerite Duras, je dois l'avouer.

C'est juste avec la connaissance de sa sélection pour les Oscars 2019, que j'ai inséré le DVD dans le lecteur.

Mélanie Thierry est époustouflante. Son visage émacié, à nu, proclame la douleur intense, intériorisée. Une quasi-hébétude par moment. Emmanuel Finkiel la filme magnifiquement, au plus près. Il filme la sensation d'étrangeté à soi-même qui est parfois la conséquence d'une douleur aux limites de l'endurance physique et psychologique. Elle se voit ainsi téléphoner.
La confrontation (et encore, ce mot n'est pas vraiment adapté) entre l'auteure et le collabo, très bien interprété par Benoît Magimel est également extrêmement juste. Lui boursoufflé, elle émaciée, presque exsangue. Deux France qui s'affrontent, dans une valse ambiguë.

La deuxième partie du film, centrée sur l'intériorité de Marguerite Duras, est un long cheminement, là-encore magnifiquement filmé, illustré. Des séquences frappantes, la lenteur comme l'attente qui s'étire indéfiniment. L'habituation à l'absence, presque pire que l'absence.

La douleur d'Emmanuel Finkiel est un film âpre, porté par une actrice habitée. Une très belle réussite, qui forcément, donne envie de découvrir cet ouvrage.

 

 

 

Commenter cet article

D
Bonsoir Choup, j'ai tellement aimé la mise en scène au théâtre par Patrice Chéreau avec Dominique Blanc que de cette adaptation cinéma m'a déçue. Et je suis même étonnée que ce film ait été sélectionné pour représenter la France aux prochains Oscars. Bonne après-midi.
Répondre
C
Ah oui? je n'ai pas vu la pièce, donc je ne peux vraiment pas comparer...et de toute façon je pense que les deux expériences sont difficilement comparables. Pour moi ce film est vraiment une incarnation de la douleur, jusque dans la musique (qui peux d'ailleurs déplaire je pense, elle m'a parfois un peu tapé sur le système).

Nous sommes sociaux !