Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Frères ennemis - David Oelhoffen

Publié par Caroline sur 18 Octobre 2018, 12:01pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

frères ennemis matthias schoenaerts reda kated sabrina ouazani david oelhoffen film flic cités quartiers deal drogue cinéma

Driss est policier, à la brigade des stups car c'est là que sa "gueule est un atout, pas un boulet". Imrane et Manu sont des dealers. Les trois ont grandi dans la même cité de la banlieue parisienne, étaient amis, avant que Driss choisisse une autre voie.

En plein Paris, Imrane et Manu en route pour une livraison, sont attaqués. Le premier est tué, le second s'en sort, mais la rumeur court très vite dans la cité que c'est lui le coupable. Driss est contacté par l'inspecteur qui enquête sur le crime car Imrane était son indic.

Frères ennemis est "encore" un film sur les flics et les voyous. Mais là où d'autres réalisateurs cherchent la surenchère dans la violence, la laideur, David Oelhoffen se propose de nous montrer un trio d'hommes avec leurs forces et leurs faiblesses. Sans faire du flic un surhomme, ou des voyous des "beaux gosses", pas de glamour dans leur vie. De la peur, de la violence, de la mort.

Je ne suis pas fan habituellement de la caméra à l'épaule, qui bouge dans tous les sens. En général c'est plus le mal au coeur assuré qu'autre chose. Dans Frères ennemis, ce procédé est, à mon sens, toujours utilisé à bon escient et apporte vraiment une sensation d'urgence, de tension.

Ce film dépeint une réalité sombre, pas du tout exempte d'humanité et de lumière, mais nous raconte une réalité qu'on préfère souvent oublier. Il parle de vies gâchées, de déterminisme social, de l'enfermement à ciel ouvert d'une population. Du désarroi de la police, l'ambivalence de ceux comme Driss qui s'en sont "sortis", mais à quel prix? Certains s'en accommodent fort bien, quand d'autres en crèvent. Littéralement.

Les acteurs sont à la hauteur, totalement. Reda Kateb (Driss) que j'admire de plus en plus, Matthias Schoenaerts (Manu), ou encore Sabrina Ouazani (veuve d'Imrane). Ils et elles sont toutes d'une justesse qui émeut et chamboule. La fin est logique et tragique. Un très beau film.

Frères ennemis - David Oelhoffen

Commenter cet article

D
Bonjour Choup, un très bon polar, bien écrit et bien joué. Bonne fin d'après-midi.
Répondre
C
Oui, j'ai adoré...cela faisait longtemps que je n'avais pas pu aller au ciné et je n'ai pas regretté mon choix!
M
J'ai vraiment entendu beaucoup de bien de ce film et ça me tentait. Je vais voir si je trouve la temps d'aller au ciné. Ca fait un moment que je n'y suis pas allée :-(
Répondre
C
mon premier film depuis longtemps aussi...je n'ai pas regretté. J'avais hésité avec Première année, qui est certainement très bien aussi d'ailleurs!
T
Je l'ai aussi beaucoup aimé, la caméra au poing me gêne aussi beaucoup mais là c'est parce que tu en parles que je le remarque, je n'y avais même pas fait attention tellement j'étais dedans! Pour moi Reda Kateb est un très bon acteur, j'aime beaucoup.
Répondre
C
absolument d'accord avec toi, il a beaucoup de talent ce gars!
A
Ah oui ? Ohlala il faut que je me dépêche d'aller voir ce film avant qu'il ne disparaisse des écrans. Il m'intéressait bien, plus pour les acteurs que pour l'intrigue, mais je lis de plus en plus d'avis très positifs sur le film dans son ensemble, voilà qui m'intrigue !
Répondre
C
Oui, il vaut le coup! j'ai vraiment beaucoup aimé ce côté très nuancé, et le jeu des acteurs et actrices tous très justes.

Nous sommes sociaux !