Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Ce que l'homme a cru voir - Gautier Battistella

Publié par Caroline sur 18 Septembre 2018, 12:34pm

Catégories : #Ma bibliothèque

ce que l'homme a cru voir gautier battistella grasset roman verfeil toulouse

Je vous avais parlé l’année dernière à l’occasion de sa sortie en poche de son tout premier roman, Un jeune homme prometteur, beaucoup aimé, et j’ai retrouvé tout le talent de cet auteur toulousain qui parle ici avec beaucoup de justesse d’une histoire de deuil et de pardon.

Simon Reijik est spécialiste de la réputation sur internet. Et effacer les turpitudes des autres quand elles deviennent trop gênantes, quoi de plus naturel pour un homme qui fuit lui-même son passé et carbure aux anxiolytiques, comme certains aux macarons ou au chocolat praliné ?

Au cœur de ce passé, il y a notamment Antoine, l'ami dont le décès fait revenir notre personnage sur les lieux de son enfance : Verfeil, à quelques encâblures de Toulouse. On comprend très vite qu’il a fui le village, mais surtout sa famille…et l’ombre terrible de son petit frère Benjamin décédé à 8 ans.

Gautier Battistella raconte une histoire de culpabilité et de pardon avec beaucoup de finesse

De son premier roman, j’avais beaucoup aimé son style, acéré, vif, souvent méchant (il faut dire que le héros était un tueur en série). Ici, le ton a changé, il y a toujours l’humour piquant (la scène aux pompes funèbres!), les petites phrases qui vous posent un personnage ou une atmosphère. Mais il y a aussi une certaine douceur malgré la violence des sentiments qui agitent Simon. Une nostalgie de cette vie à la campagne, les traditions, les habitudes. Les gens que l'on connaît, pour le meilleur et pour le pire.

Un roman sur un cheminement intérieur délicat et puissant

Ce que l’homme a cru voir conte avec une grande finesse cet homme qui va revenir vers les autres et vers lui-même. Qui va enfin accepter son passé, ses actes, et sortir de ce temps suspendu qui n'en finissait plus et l'empêche d'être.

On ressent la tension qui habite les personnages, et en premier lieu Simon, pendant ces quelques jours à Verfeil. Le dénouement comme uen délivrance que l’on éprouve presque physiquement à la lecture. Une belle histoire d’enracinement dans une terre, la terre de l'enfance.

Commenter cet article

A
N'en dis pas plus, je suis convaincue. Je note.
Répondre
C
un beau roman. j’aime beaucoup son écriture.
C
:)

Nous sommes sociaux !