Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


L'hôtelière du Gallia-Londres - Bernadette Pécassou-Camebrac

Publié par Caroline sur 16 Juillet 2018, 13:28pm

Catégories : #Ma bibliothèque

l'hôtelière du gallia-londres bernadette pécassou lourdes roman

Années 1950, Marie, fille de boulangers à Lourdes aperçoit une scène étrange entre deux de ses camarades de classe dont Inès, la fille des propriétaires du Gallia-Londres. Le plus bel  hôtel de la ville. Une scène qui la glace. Elle ne portait pas Inès dans son cœur, ce qu'elle a vu la convainc que cette fille est mauvaise.

Sur des décennies, Bernadette Pécassou-Camebrac nous conte l'histoire à Lourdes de Marie et d'Inès, deux filles puis deux femmes que tout oppose.

Deux vies en parallèle. L'une vient d'une famille de petits artisans laborieux, la seconde est issue de la bourgeoisie locale. En toile de fond, l'évolution de Lourdes, l'une des villes de pèlerinage les plus célèbres au monde. Et les plus fréquentées.

J'avoue avoir été un peu dubitative quand j'ai reçu ce roman, au vu de la couverture qui laisse imaginer un roman un peu fleur bleu version terroir. Et en fait, L'hôtelière du Gallia-Londres c'est plus que cela. Il y a bien sûr les amours et les rivalités, mais il y a surtout le bouleversement social et économique des années 50/60, avec la massification du tourisme, alors qu'à Lourdes les "pensions" sont avant tout familiales.

Bernadette Pécassou-Camebrac nous plonge dans le monde difficile, laborieux de ces familles qui triment de l'aube jusqu'à la nuit bien avancée (les dernières messes sont tard le soir) pour espérer vivre correctement. Les enfants qui sont mis à contribution et n'ont donc presque pas de vacances. Surtout, l'auteure illustre avec Marie, Inès, leurs amies, leurs mères la place de la femme dans la France des 30 glorieuses. Et pour le coup, ça n'est pas glorieux. Un passage illustre bien le propos:

"les femmes fermaient les yeux sur leurs escapades, rassutres de tenir les cordons de la bourse. Eux, les laissaient entièrement opérer puisqu’ils avaient la signature. En somme, elles faisaient rentrer l'argent, mais au moment de le dépenser, il fallait l'accord des maris. Dans l''esprit de ces derniers, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes."

Elles n'ont pas la vie facile ces épouses qui doivent supporter beaucoup, sous peine de se retrouver du jour au lendemain sans le sou, alors qu'elles ont trimé comme des bêtes pour le commerce familial. Nous observons ces femmes qui veulent devenir indépendantes, ne plus être les subordonnées de leurs époux/frères dans les affaires familiales.

Le contexte historique est bien retranscrit: les années glorieuses de l'équipe de rugby, les disputes entre différentes parties de l'Eglise, le pouvoir de ses membres sur les habitants et les affaires... Un roman très agréable.

Commenter cet article

T
Intéressant... J'avais beaucoup aimé son roman sur le bagne en Guyane.
Répondre
C
je ne connaissais pas l'auteure, je l'ai eu en SP pour ma chronique radio car Lourdes, c'est près de chez moi...une belle découverte. je ntoe donc de lire le roman sur la bagne. ;)
A
Une bonne surprise, au final.
Répondre
C
tout à fait! un roman intéressant, où l'on apprend beaucoup.

Nous sommes sociaux !