Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


7/13 - Jacques Saussey

Publié par Caroline sur 3 Mai 2018, 13:02pm

Catégories : #coups de coeur, #Ma bibliothèque

7/13 jacques saussey toucan noir capitaine magne calais glenn miller

Hiver 2015. Durant l’absence prolongée des propriétaires, une villa de la banlieue parisienne est le théâtre d’un crime atroce. Lorsqu’il arrive sur les lieux, le capitaine Magne découvre avec effroi que le corps n’est plus reconnaissable. Pas de vêtements, pas de papiers : l’identification s’annonce compliquée.

Décembre 1944. Londres. Un officier américain scrute avec inquiétude le brouillard qui plombe le ciel de l’Angleterre. Il projette de traverser la Manche au plus vite pour rejoindre la France où il doit préparer l’arrivée prochaine de ses hommes. Le mauvais temps s’éternise mais bientôt, une proposition inattendue va faire basculer son destin.

Où l'on retrouve avec plaisir Magne et Lisa, héros récurrents de Jacques Saussey.

J'ai retrouvé avec grand plaisir le capitaine Magne, sa compagne Lisa, si tragiquement "abandonnés" à la fin de l'excellent Ne prononcez jamais leurs noms, que j'avais chroniqué sur France Bleu Occitanie lors de sa sélection pour le prix de l'Embouchure du Festival toulousain Polars du sud. Un roman lu à toute vitesse.

Le plongeon dans l'action est là encore immédiat. On retrouve des personnages appréciés, Magne et Lisa, donc mais aussi Henri ou Fred. On en découvre deux nouveaux, les Laurel et Hardy de l'Yonne, alias Benoît Martin et Richard Milan, dépêchés en renfort. Duo cocasse, parfaitement mal assorti qui apporte une bonne dose d'humour au roman, par ailleurs assez noir.

D'une construction très différente que son précédent roman, en ce que le lecteur reste longtemps dans le noir, tout comme les enquêteurs, 7/13 ne révèle toute sa complexité que vers sa fin. Et j'ai été tenue en haleine par cette enquête, mais également par le devenir de ce fameux officier américain (que j'adore, mais dont j'ignorais totalement la destinée), ou encore la convalescence de Lisa.

Alex reproche dans son billet (à lire ici) le grand écart de l'intrigue entre deux angles, dont l'auteur s'explique en fin de livre. Je peux le comprendre, et même si cette sensation d'un "non-choix" m'a titillée en cours de lecture, elle n'a absolument pas gâché mon plaisir.

Un roman préfacé par le très talentueux Olivier Norek (jetez-vous sur Entre deux mondes) que j'ai dévoré!

Merci aux éditions du Toucan pour l'envoi.

 

Commenter cet article

A
A oui, j'ai vraiment regretté ce non-choix. Mais ça ne m'empêchera pas de lire le suivant.
Répondre
C
tout pareil!!
I
Ah zut , j'aurais du te l'emprunter hier soir ;) Ce sera pour la prochaine fois !
Répondre
C
et en plus j'ai failli t'en parler et puis la conversation nous a mené vers d'autres sujets...;) je te le garde!

Nous sommes sociaux !