Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Sous la terre des Maoris - Carl Nixon

Publié par Caroline sur 3 Mai 2018, 09:38am

Catégories : #Ma bibliothèque

sous la terre des maoris carl nixon roman polar nouvelle zélande

Mark, 19 ans, s'est pendu. Pas d'explications. Box, son père adoptif est comme le reste de la famille, dévasté. Box a épousé la mère de Mark quand celui-ci avait 2 ans. Et l'a aimé et élevé comme son fils. Alors quand sa femme Liz prévient Tipene, le père biologique, maori, Box n'est pas particulièrement heureux. Mais quand le clan du père prend d'office le corps de Mark pour l'enterrer sur les terres de leur hapu (tribu), Box ne compte pas se laisser faire. Et il part

Déjà, je dois tout de suite vous ôter une certitude: ceci n'est pas un polar comme l'indique pourtant la couverture. Il n'y aucun doute sur le suicide. Pas même le début d'une enquête policière ou familiale. Et c'est un peu le principe de ce roman de Carl Nixon: les non-dits qui s'accumulent. Rien sur la mort de Mark, rien sur les Maoris, le pourquoi de l'absence de Tipene tout au long de la vie de Mark. Très peu de dialogues, et un voyage au creux de la folie d'un père déjà fragilisé par la crise économique. Avant, Box était un entrepreneur en BTP ayant très bien réussi. Depuis, il se loue sur des petits chantiers pour faire (péniblement) vivre sa famille. Si j'apprécie d'être confrontée avec une réalité bien loin du cliché de la terre splendide d'Aotearoa, j'avoue que de nombreux passages m'ont laissée de marbre. Et j'ai lu les deux dernières parties un peu en diagonale.

Le parti pris de l'auteur est vraiment très particulier. Difficile donc de s'attacher aux personnages, y compris et surtout à Box dont pourtant la douleur devrait nous toucher. Peut-être, en fait, ce que veut nous montrer l'auteur c'est un homme choqué, qui se lance à corps perdu dans le rapatriement du corps de son fils pour oublier la douleur de la perte?

Là où l'auteur tape juste, c'est dans la description d'un pays touché par la crise, où certains secteurs florissent (le tourisme, qui a rendu riche Tipene et sa tribu), alors que d'autres sont aux abois. Et où le racisme et l'incompréhension sont extrêmement présents entre Maoris et Pakehas (les Blancs). Une fracture bien plus grande que ce que l'on pourrait imaginer.

"Tout le monde arrête pas de lécher leur cul marron. Le gouvernement leur donne de l'argent à tour de bras. putain de traité - tous ces lotissements, c'est rien que de l'aumône. Par ici, ils ont tout acheté. Ils reste plus rien pour les gens normaux comme nous"

(discours d'un vendeur de langouste que rencontre Box)

Une lecture bien mitigée donc.

Commenter cet article

A
Le cadre du roman m'intéresse.
Répondre
C
le contexte est intéressant et sort en effet du cliché des lieux de tournage du Seigneur des anneaux...

Nous sommes sociaux !