Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Fences - Denzel Washington

Publié par Caroline sur 10 Avril 2018, 10:18am

Catégories : #Petit & grand écran

Fences Denezel Washington Viola Davis film

Dans les années 1950 à Pittsburgh, Troy Maxson travaille depuis dix-huit ans en tant qu'éboueur. Il est amer car il aurait pu devenir joueur de baseball professionnel, or il était trop âgé quand les Noirs ont finalement été acceptés en Major League. Sa femme Rose l'a toujours soutenue. Le frère de Troy, Gabriel, qui est revenu de la guerre avec un handicap mental. Le fils aîné Lyons ne veut se consacrer qu'à la musique, au grand dam de son père. Le junior,  Cory, qui pratique le football, annonce à Troy qu'il a quitté son emploi dans une épicerie pour pouvoir jouer devant un recruteur de Caroline du Nord. Troy se met en colère et ordonne à Cory de reprendre son travail...

Bon, j'avoue, je me suis endormie pendant un bon moment...il faut dire que ce film adapté d'une pièce de théâtre tombe malheureusement dans le piège de ce type d'exercice: reprendre sans le modifier ni l'amender le scénario et (presque) la mise en scène de la pièce. Presque toujours le même décor, et peu ou pas d'action.

Autant dire que ce n'est vraiment folichon. Voire même rasoir. C'est bavard et si comme moi vous avez un peu de sommeil en retard...eh bien vous vous endormez...pour vous réveiller en fait au moment le plus intéressant: les 45 dernières minutes du film. Où l'épouse, Rose, jouée par l'excellente Viola Davis, se rebelle tout comme le fils Cory. C'est vraiment dommage car il y avait là matière à faire un grand film: lutte pour l'égalité, réalisation de [ses] rêves quand on est/naît Noir.

Mais Denzel Washington est plombé par le sujet, plombé par la pièce. Et nous plombés avec lui! Comme souvent sur ce genre de sujet à la fois historiques et sociaux, les réalisateurs/trices sont comme paralysés par le poids de la tache, et produisent des films sans parti pris, sans aspérités. Des films sans saveurs et sans odeurs. De bons somnifères donc.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !