Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Une femme blessée - Marina Carrère d'Encausse

Publié par Caroline sur 14 Décembre 2017, 09:18am

Catégories : #Ma bibliothèque

Admise à l'hôpital de Souleymaneh, dans le Kurdistan irakien, Fatimah est arrivée brûlée sur tout le corps. Accident domestique ? Ou un abominable et bien mal nommé crime d'honneur?

Chacun au village, à commencer par son mari et sa famille, feint de le croire... Sur l'horreur, sur les blessures, le silence s'est abattu. Jusqu'à ce que Fatimah, poussée par l'inextinguible désir de vivre, recouvre la parole, les mots pour raconter son histoire, et retrouve, enfin, sa dignité de femme...

Marina Carrère d'Encausse, est journaliste, médecin et depuis quelques années écrivain. Elle vient de publier son deuxième roman, et ne pouvant me le procurer à la bibli, j'ai opté pour son premier, Une femme blessée. J'en avais déjà entendu parler, et le sujet, difficile, m'intéressait.

Soulignons d'abord, pour le mettre ensuite de côté, un défaut du roman, probablement dû à son statut de premier ouvrage: le style, assez plat. Si vous avez déjà entendu parler Marina Carrère d'Encausse, vous saurez comment elle écrit. A l'oral c'est très bien, à l'écrit c'est bof. J'ai cependant continué la lecture, malgré cette déconvenue, et bien m'en a pris. 

Si le style ne s'améliore pas vraiment, on l'oublie pour s'immerger dans une histoire subtilement et finement déroulée. Nous suivons deux narratrices : Fatimah donc, et sa fille aînée, la courageuse et opiniâtre Farah. Qui ne comprend rien à ce qui se passe: du jour où sa mère est hospitalisée, plus personne au foyer sous la direction impitoyable de la mère de Jalal, mari de Fatimah, et dans la famille élargie ne dit un mot sur le sujet. Le nom de Fatimah n'est plus jamais prononcé.

J'ai été touchée par le destin de Fatimah qui se bat pour survivre, avec l'angoisse de ne jamais revoir ses filles ou de les revoir mais que celles-ci ne supportent pas son visage et son corps ravagés par les flammes. Marina Carrère d'Encausse porte une intrigue dramatique sans trop de pathos, ce qui est bien entendu l'écueil de ce genre de récits. Surtout, j'ai apprécié que ses personnages soient tous assez nuancés pour être crédibles, sans (trop) de stéréotypes. C'est donc avec une certaine fébrilité que lecteurs et lectrices tournent les pages, dans l'attente du dénouement.

Un premier roman intéressant, sur un sujet dramatique, qui dit tellement de la situation des femmes au Moyen Orient dans des sociétés patriarcales où certaines traditions arriérées ont toujours cours.

Commenter cet article

A
C'est la fille de ? Le thème est sûrement intéressant, mais ce que tu dis de l'écriture ne m'emballe pas.
Répondre
C
La fille d'Hélène en effet, et la soeur d'Emmanuel, l'auteur. C'est vrai qu'après Vuillard, c'est la chute libre, mais honnêtement j'ai oublié cet absence de style pour le récit. Après, c'est sûr, ça ne restera pas plus que cela dans ma mémoire...Tu en es où du roman?

Nous sommes sociaux !