Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


115 - Benoît Séverac

Publié par Caroline sur 7 Décembre 2017, 18:02pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Nathalie Decrest, chef de groupe dans le commissariat Nord de Toulouse, trouve lors d’une descente dans un camp de gitans deux femmes et un enfant, d’origine albanaise, qui se cachent dans l’espoir d’échapper à leur proxénète.

Sergine Hollard, gabarit hors norme, vétérinaire dévouée et passionnée, décide de créer une clinique ambulante pour les chiens des sans-abri toulousains.

Les deux trajectoires vont se recouper, dans une déflagration dramatique, qui met au jour la violence des milieux marginaux.

Ces deux femmes, chacune à sa manière, tentent d’apporter de l’espoir, de la justice, dans un monde qui en manque singulièrement.

Dans un style tendu, sans fioritures, Benoît Séverac mène son intrigue d’une main de maître, sans temps mort mais sans rebondissements artificiels. C’est parfois cru mais jamais vulgaire. Une mécanique bien huilée qui entraîne le lecteur dans un univers noir et violent, où l’humanité ressemble à une flamme fragile, à la merci du moindre courant d’air.

Les personnages sont bien campés, tout en nuances, y compris parmi les malfrats de la mafia. Tous ont une histoire, un contexte qui explique ou éclaire, en parfois seulement quelques lignes, un caractère, une trajectoire. Ce n’est pas rose, on est bien d’accord.

On apprécie aussi d’être plongé dans Toulouse, et ses environs, le long de la rocade ou du canal. On se balade aux côtés de Sergine et de Nathalie, et pour moi dont le nord de Toulouse est la zone, c’est très sympa.

Ce qui fait la réussite de 115, c’est que Séverac, livrant un bouquin noir, ne nous plombe pas totalement le moral : il y a de la lumière dans toute cette noirceur. L’idée que la lutte continue, que si tous ne peuvent s’en sortir, certains trouvent parfois le courage, rencontrent quelqu’un qui va les aider à se sortir de la précarité et s’inventer une nouvelle vie. Loin de toute détermination sociale ou destin tout tracé.

 

Commenter cet article

D
Bonjour Choup, ca y est, je l'ai lu et j'ai énormément aimé comme le précédent Le chien arabe. Sergine et Nathalie sont des personnages féminins bien campés. Bonne après-midi.
Répondre
C
Ah, j'en suis ravie!! je suis en train de lire son nouveau roman jeunesse, Une caravane en hiver,. c'est différent forcément, parce que pour un public différent, mais j'aime tout autant!
B
Merci pour ce beau retour de lecture. Touché. BS
Répondre
C
Avec grand plaisir...j'attends le prochain avec impatience!
D
Bonjour Choupynette, je compte bien lire ce 115 ayant bien apprécié deux autres romans de Severac dont Le chien arabe où j'avais fait la connaissance de Sergine. Un écrivain à suivre. Très belle année 2018.
Répondre
C
j'ai bien entendu noté ce titre, tu penses! Merci et très belle année à toi également!
A
On sent que cette lecture t'a touché.
Répondre
C
Beaucoup, parce qu'elle est portée par des personnages tout en nuances.

Nous sommes sociaux !