Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Ne prononcez jamais leur nom - Jacques Saussey

Publié par Caroline sur 8 Octobre 2017, 06:20am

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur, #chroniques radio

Ne prononcez jamais leur nom jacques saussey polar thriller hendaye

Hendaye, un dimanche après-midi de fin de vacances. Le tgv à direction de Paris est bondé. Un sac abandonné, une explosion. 18 morts des blessés.

Un meurtrier en quête de célébrité

Il est repéré par un policier, Daniel, personnage récurrent de Jacques Saussey, puisque c’est la sixième enquête sous la plume de l’auteur. Poursuite. Coups de feu. Daniel est blessé et enlevé par l’assassin. Démarre alors une course contre la montre pour les policiers basques, mais aussi pour Lisa, ex-compagne enceinte de Daniel, qui avait quitté le 36, Quai des Orfèvres.

Jacques Saussey, dont c’est ma première lecture, alterne les points de vue à chaque chapitre : Lisa, Daniel, Damian celui qui se rêve meurtrier de masse marquant à jamais l'histoire de l'horreur. Le récit de ce dernier est par moment horrifique. Sa pensée, son enfance, mettent parfois mal à l’aise, souvent nous atterrent. Le lecteur est happé par le récit, par toutes ces vies, tous ces personnages très bien campés, leurs interactions qui apportent de l’épaisseur au récit.

Des personnages bien campés

On sent bien que Saussey pratique ses personnages depuis un bout de temps déjà. J’avoue que cela peut un peu gêner parfois, car on ressent le manque de n’avoir pas lu les précédentes enquêtes. Mais au final, cela donne plus envie de lire au plus vite les romans que cela n’agace.

Il y a toute une partie, assez intéressante je dois dire, sur l'histoire récente du Pays Basque avec l'ETA (dont les policiers se demande un moment si des anciens de l'organisation ne seraient pas liés au crime).

L’intrigue est menée tambour battant, pas de répit pour les personnages ni pour le lecteur pendant près de 500 pages. L’écriture est tendue, le rythme trépidant. Du polar d'excellente facture, et un auteur que je relirai assurément.

Publié aux éditions du Toucan.
Chroniqué sur France Bleu Toulouse le 8 octobre car il fait partie de la sélection pour le Prix de l'Embouchure du Festival toulousain et international Polars du Sud.

Commenter cet article

E
Un auteur déjà repéré mais je ne l'ai pas encore lu, il va falloir que je tente.
Répondre
C
Il est certain pour ma part que je le lirai à nouveau car c'est très bien fait !
A
Un auteur que je ne connais pas. Je comprends à travers ton billet qu'il vaut mieux commencer dans l'ordre. Il y a sûrement une progression dans la vie de l'inspecteur.
Répondre
C
Honnêtement, ça ne m'a pas gâché la lecture, mais c'est vrai que je me disais "mais que s'est-il donc passé dans telle ou telle enquête citée?"
A
Un auteur que j'apprécie, un titre que je note.
Répondre
C
tu as lu les autres enquêtes avec le Capitaine Magne?

Nous sommes sociaux !