Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La fille de Kali - Céline Denjean

Publié par Caroline sur 8 Octobre 2017, 06:04am

Catégories : #Ma bibliothèque, #chroniques radio, #coups de coeur

la fille de kali céline denjean polar inde thriller serial killer

Vieille-Toulouse, les collines au sud de Toulouse. un homme est retrouvé décapité dans sa magnifique demeure. La fraichement débarquée capitaine Eloïse Bouquet, à la tête de son groupe, va mener l’enquête. Elle a découvert le corps avec son collègue Jean-Marc et n’entendait pas refiler le « bébé » à Ravier, colonel à l’égo surdimensionné. Très peu d’indices et une méthode de décapitation plus qu’inédite : le meurtrier a drogué sa victime pour pouvoir le ligoter, attendu qu’il se réveille, puis a séparé tête et corps grâce à un filin d’acier. Original et particulièrement horrible pour la victime. Le tout, après avoir eu un rapport sexuel avec cette dernière…le meurtrier est en fait une meurtrière. Bientôt, un deuxième meurtre a lieu, dans le Gers, selon le même modus operandi. Il s’agit donc d’une serial killeuse.

Thriller exotique et déesse indienne sanguinaire

Le mystère s’épaissit, car les meurtres semblent rituels…et d’inspiration indienne. La fille de Kali, cela doit parler aux fans d’Indiana Jones, notamment le deuxième opus qui se déroule en Inde. Kali, c’est une déesse vengeresse, peau bleue, collier de crânes et ceinture de bras. Mais surtout une déesse qui incarne la puissance féminine. Notre tueuse est donc une femme qui veut asseoir sa domination sur les hommes. Une femme qui veut se venger.

Les gendarmes ne sont pas les seuls sur la piste de la tueuse. Il y a d’abord Amanda Kraft une journaliste free-lance, qui vivote avec notamment une pige hebdomadaire à la Voix du Sud, (La dépêche du Midi?), assoiffée de reconnaissance et prête à tout pour faire décoller sa carrière et son blog. Et quand on dit prête  à tout, ce n’est pas un euphémisme.

Il y a aussi Danny Chang, ancien policier devenu détective privé, colosse dont les relations lui permettent de prendre des raccourcis. Lui ne sait pas qu’il est aux trousses de la fille de Kali, mais le lecteur si. Et il lit donc avec délectation et fébrilité ces trois axes de l’enquête, ces trois personnages bien campés, hauts en couleurs. L’auteure Céline Denjean insère régulièrement la voix de Nilinn, dont on va comprendre que c’est elle la tueuse. Son enfance dans un bordel en Inde.

La fille de Kali, polar féministe et palpitant

La fille de Kali, c’est une histoire de femmes : de mère, de fille, de sœur. L’histoire d’une enfant terriblement rejetée par sa mère. Mais plus largement, La fille de Kali parle de la place de la femme dans les sociétés actuelles, qu’elles soient française ou indienne. C’est Eloïse et sa subordonnée Maïa, leur place dans un milieu assez machiste qu’est la gendarmerie. C’est Amanda Kraft qui est en butte au sexisme de son redac chef à la Voix du Sud. C’est la mère de la tueuse, prostituée.

La fille de Kali est un thriller intelligent, diablement bien mené, haletant et surtout dépaysant. Alors oui, ça se passe à Toulouse, et dans sa région : Balma, avec un petit détour par la Suisse, mais l’influence de l’Inde est toujours là, et franchement ça nous change des polars nordiques ou américains.

Les personnages sont bien campés, ils ont de l’épaisseur, et leurs relations sont intéressantes et apportent de l’humain dans l’intrigue. Ce qui manque parfois à certains thrillers trop axés sur l’intrigue et dont les personnages sont unidimensionnels.

L’écriture de Céline Denjean est d’une efficacité implacable, elle mène son lecteur de bout en bout sans qu’il puisse lâcher ce pavé de près de 500 pages qui se termine par un dernier contre-la-montre échevelé. On voudrait pouvoir lire plus vite pour tourner les pages et savoir comment la tueuse sera – peut-être – attrapée !

Publié aux éditions Marabout.

Chroniqué sur France Bleu Toulouse le 8 octobre 2017, car il fait partie de la sélection du prix de L'embouchure du Festival toulousain et international Polars du Sud

Commenter cet article

A
L'Inde à Toulouse ? Je demande à lire, bien sûr.
Répondre
C
Très sympa à lire, ça change ce petit côté exotique!

Nous sommes sociaux !