Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La tristesse du samouraï - Victor del Arbol

Publié par Caroline sur 16 Septembre 2017, 10:45am

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

C’est au festival Polar du Sud dans notre bonne ville rose que j’ai découvert Victor del Arbol. Il participait à un débat sur l’importance du passé dans les romans, aux côtés du Polonais Zygmunt Miłoszewski, auteur des Impliqués et de Un fond de vérité, mettant en scène le Procureur Teodor Szacki et du Français Patrick Pécherot, auteur de Une plaie ouverte.

J’avais trouvé del Arbol particulièrement intéressant, et j’avais donc acheté La tristesse du Samouraï, son troisième roman, mais le premier à avoir été traduit en français en 2012.

Décembre 1941, l'Espagne sort exsangue de la guerre civile qui fit plusieurs centaines de milliers de morts et presque autant d’exilés. Sur le quai d'une gare, Isabel, mère de famille et épouse en fuite d'un chef de la Phalange, est rattrapée puis sacrifiée par les tenants du régime fraîchement installé de Franco.

Mai 1981, Maria est à l'agonie sur un lit d'hôpital. Alors que le pays observe avec espoir et angoisse les derniers spasmes de la dictature, cette avocate renommée tente de comprendre comment, en croyant confondre un policier violent lors d'un procès, elle n'a été en réalité que le jouet cassé d'une manipulation plus vaste.

Deux femmes, deux illustrations des ravages de la soif de pouvoir, insatiable, qui écrasent l’individu sans discrimination. Des ravages dont les répercutions  se poursuivent de générations en générations.

Accrochez-vous pour le début du roman car les personnages sont nombreux, les allers-retours également, il faut donc être attentif pour ne pas s’y perdre. D’autant qu’il y a pas mal de surnoms pour la période des années 40. Victor del Arbol, lui-même policier dans la « vraie » vie, mène sa barque et son intrigue brillamment, et l’on ne peut qu’être épaté par tant de maîtrise. Sa langue est rude, âpre comme son récit et ne laisse pas le lecteur respirer. Quant aux personnages, ils se développent au fur et à mesure de l'intrigue et possède une belle épaisseur.

On se sent comme sous une chape de plomb, il y a une noirceur poisseuse dans ce roman qui ne vous quittera pas de sitôt une fois le livre refermé. A lire!

La tristesse du samouraï - Victor del Arbol

Commenter cet article

dasola 11/10/2017 19:24

Bonsoir Choup, j'ai découvert cet auteur avec ce roman il y a 5 ans. J'avais aimé mais quelle noirceur en effet et que de vies gâchées. Bonne soirée.

Anjie 18/09/2017 21:51

Voici donc un de tes coups de coeur :)

Alex-Mot-à-Mots 18/09/2017 14:21

Une lecture qui ne m'avait pas convaincue : trop de lenteurs.

Choup 18/09/2017 14:33

c'est vrai que ce n'est pas un rythme trépident, mais j'ai trouvé pour ma part cette lenteur adapté au récit.

Aifelle 17/09/2017 06:59

Je l'ai noté depuis sa sortie, mais pas encore lu ; j'essaie de ne pas le perdre de vue.

Choup 18/09/2017 14:34

Pour en savoir plus sur cette période sombre de l'histoire espagnole, je pense que c'est un très bon roman.

Anne 16/09/2017 22:52

Un auteur auquel je me suis aussi intéressée grâce au festival Quais du polar à Lyon.

Choup 18/09/2017 14:34

ces festivals sont vraiment bien pour découvrir de nouveaux auteurs. Tu l'avais vu en conférence/débat ou "juste" en signature?

Nous sommes sociaux !