Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le problème Spinoza - Irvin Yalom

Publié par Choup sur 3 Mars 2017, 20:12pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Le problème Spinoza - Irvin Yalom

Spinoza, vous l'avez certainement rencontré en cours de philo. Avec ce roman d'Irvin Yalom, vous allez plonger dans sa philosophie, son histoire. Si tant est que l'on puisse vraiment connaître l'histoire personnelle de ce philosophe juif excommunié et qui choisit de vivre dans une grande solitude. Rien de personnel dans ses écrits, peu de faits vraiment connus. Irvin Yalom a donc imaginé, avec son expérience de psychanalyste, ce qu'a pu être le cheminement de Bento Spinoza (ou Baruch en hébreux, ou Benedictus en latin). Ce jeune homme est originaire du Portugal, qu'il a fuit à cause de l'Inquisition pour se réfugier à Amsterdam. Il sera définitivement excommunié parce qu'il rejetait les superstitions de la Bible et de la Torah. Le Herem qui le frappe est l'un des plus durs de l'histoire des Juifs apparemment. Il fait de lui un paria. Même sa famille n'aura pas le droit de lui parler.  Mais quel est donc le problème du titre?

Spinoza a posé un (gros) problème à Alfred Rosenberg, idéologue du parti nazi. En effet, comment Goethe, son héros, génie Allemand sans égal de l'avis de Rosenberg, a-t-il pu vouer une admiration sans borne à ce penseur Juif? et comment ledit penseur a-t-il pu écrire des choses aussi justes? C'est incompréhensible pour cet homme persuadé de sa propre supériorité intellectuelle. En 1941, alors à la tête d'un groupe chargé de piller les bibliothèques et les musées, il fera saisir l'intégralité de la bibliothèque de Spinoza.

Dans une construction en chapitres dédiés tantôt à Spinoza, tantôt à Rosenberg, Yalom propose une plongée dans les univers si diamétralement opposés de ces deux hommes. L'un des plus grands penseurs de tous les temps (n'ayons pas peur des mots!) et l'un des hommes à l'origine de la pire horreur que l'histoire de l'homme aie jamais connue. A chacun, Yalom apporte un personnage fictif avec qui échanger. Et nous dévoiler donc l'évolution de ces deux êtres. Les dialogues peuvent parfois paraître un peu factices, notamment dans la partie sur Rosenberg, mais sont toujours très intéressants.

On voit donc Spinoza démontrant à Franco que la Bible a été écrite par des prêtres; non par leurs supposés auteurs (dont Moïse), que Dieu n'a pas créé l'homme à son image

"Croyez-vous vraiment que nous, mortels, et pour certains d'entre nous, sourds, de guingois, constipés ou misérables, sommes conçus à l'image de Dieu? [...] Vous pensez que Dieu a un esprit semblable au notre, qu'Il aime à être flatté, qu'Il connaît la jalousie, devient vindicatif si l'on désobéit à Ses règles? De tels modes de pensées erronés pourraient-ils être présents dans un esprit parfait?"

"Je crois que les prophètes sont des hommes doués d'une imagination exceptionnelle, mais pas nécessairement d'un grand raisonnement." )

Ou encore Spinoza énonçant ce que devrait être selon lui un gouvernement...laïc: "La religion et l'Etat doivent être séparés. Le meilleur souverain qu'on puisse imaginer serait un chef librement élu dont les pouvoirs seraient limités par une assemblée indépendante également élue, et qui agirait en conformité avec le bien être social, la paix et la sécurité de tous".

Spinoza n'applique cependant jamais sa raison sur un sujet: les femmes. Pour lui, elles sont inférieures aux hommes.

J'ai redécouvert à quel point Spinoza a été un précurseur des Lumières, sa pensée est d'une grande modernité. Yalom l'a certes simplifiée pour permettre à tous les lecteurs de se l'approprier et de la comprendre pleinement. Quant à Rosenberg, nous découvrons à travers son personnage la genèse du nazisme, avant même Hitler. C'est passionnant de bout en bout. J'ai beaucoup apprécié les explications en fin roman sur l'origine du roman, les choix romanesques de l'auteur, les parties véridiques, celles qu'il a inventées.

L'avis de Dominique, celui de Miss Alfie.

Commenter cet article

dasola 14/03/2017 21:09

Bonsoir Choupynette, Le problème Spinoza était le premier livre que je lisais d'Irvin Yalom (j'ai dit merci à Dominique) et j'ai beaucoup aimé. http://dasola.canalblog.com/archives/2012/06/04/24401301.html Je trouve qu'il fait connaître ce philosophe et donne presque envie de lire (mais je ne l'ai pas encore fait). Bonne soirée.

Choup 17/03/2017 09:42

Certains textes de Spinoza sont vraiment ardus...pas sûre que je le lirai un jour. :) bonne journée

Aifelle 13/03/2017 13:42

J'ai lu "Mensonges sur le divan" (avant le blog), très drôle et la "Méthode Schopenhauer" http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2008/10/20/11022472.html
J'ai lu aussi un tout petit témoignage de son amitié avec Robert Berger, très touchant : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2013/05/23/26553574.html

Choup 17/03/2017 09:41

Si tu dis que Mensonges sur e divan est très drôle, c'est probablement le titre que je retiendrai pour relire l'auteur!

Mrs Figg 08/03/2017 10:32

C'est un roman historique qui pourrait me plaire car je suis sûre que j'y apprendrai plus de choses (malgré mes 2 ans de philo au lycée, je me souviens peu ou pas de Spinoza :-) )

Choup 10/03/2017 11:01

Rassures-toi je ne me souvenais plus de grand chose moi non plus! ;)

Alex-Mot-à-Mots 06/03/2017 14:06

Moi qui ne connais rien à Spinoza, j'hésite malgré ton avis positif.

Choup 10/03/2017 11:02

Franchement, vas-y! MA philo est très très loin, et ça ne m'a absolument pas gênée. C'est vraiment très abordable.

Aifelle 04/03/2017 06:35

J'ai lu deux livres de l'auteur, toujours avec énormément de plaisir, mais je n'ai pas encore lu celui-ci. (J'ai "Et Nietzsche a pleuré" dans ma PAL)

Choup 10/03/2017 11:03

lesquels avais-tu lu?

Nous sommes sociaux !