Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La nostalgie des dragons - Démosthène Kourtovik

Publié par Choup sur 10 Mai 2016, 09:19am

Catégories : #Ma bibliothèque

La nostalgie des dragons - D. Kourtovik
La nostalgie des dragons - D. Kourtovik

Une petite escale en Grèce, ça vous dit? Avec La nostalgie des dragons l'auteur athénien et scientifique Démosthène Kourtovik nous entraîne à travers les âges, la préhistoire notamment, sur les traces d'une momie dont l'origine et l'ancienneté (certainement 7000 ou 8000 ans!) sont mystérieuses. Au milieu des années 90, Une momie remarquablement conservée baptisée Ibycos, découverte par un archéologue nazi dans une île grecque, volée à un obscur et négligé musée dont Ion Dragonas est responsable. Aidé/surveillé par Andromaque Koutroubas, jeune commissaire dont le père fut le geôlier et Némésis de Dragonas au temps où celui-ci était contre la dictature, l'archéologue donc va tenter de laver son honneur et découvrir qui est derrière le vol...et les meurtres. Car si la momie fut victime d'une mort violente, et pourrait rappeler les fameux Hommes des marais (ou des tourbières), elle laisse dans son sillage des cadavres bien contemporains ceux-là.

Le libraire m'avait prévenue, c'est un "drôle de polar". Atypique, nous entraînant à travers l'Europe, d'Athènes à Gênes, en passant par Berlin ou Copenhague, La nostalgie des dragons nous promène autant sur le fond que sur la forme. Chaque chapitre pourrait s'apparenter à une minuscule pièce d'un énorme puzzle, avec peu d'indications temporelles. Au fil du périple de notre duo, une mosaïque d'épisodes nait sous nos yeux, et ce n'est que petit à petit que nous parvenons à relier les différents éléments pour donner du sens.

Au final, l'enquête sur Ibycos est presque un prétexte pour Kourtovik pour nous faire réfléchir sur la nature de l'homme, de notre évolution, mais aussi sur notre (ir)respect du patrimoine de l'humanité. La construction est intéressante, pas du tout linéaire donc comme je le disais, le récit est entrecoupé d'articles de journaux, rêves, ou encore compte-rendus de conférences où anthropologues et archéologues confrontent leurs théories.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture malgré des personnages pas très attachants et assez peu fouillés en termes de psychologie et des méchants peut-être un chouïa stéréotypés. Érudit, ce roman ne manque cependant pas d'être traversé par quelques éclairs d'un humour souvent teinté d'ironie. Intéressant, atypique, à découvrir donc!

Pour en savoir un peu plus sur les Hommes des tourbières: l'homme de Tollund; répartition en Europe.

La nostalgie des dragons - Démosthène Kourtovik

Commenter cet article

dasola 13/05/2016 21:33

Bonsoir Choup, bravo pour avoir écrit un billet sur ce roman que j'ai lu en tout début d'année. J'ai eu du mal à "entrer" dedans, un peu de mal à le terminer et il ne m'en reste rien, désolé. Bonne soirée.

Choup 16/05/2016 12:18

avec plaisir! ;) c'est vrai que c'est très particulier comme roman...je comprends que tu aies pu être restée indifférente.

Pativore 11/05/2016 20:05

Bonjour Choup, merci pour ton commentaire sur mon blog. Dans ma réponse, j'ai mis le lien vers ta note de lecture. Qui est très bien d'ailleurs alors tu devrais la mettre dans Une année en Grèce
https://pativore.wordpress.com/2016/01/31/une-annee-en-grece-avec-cryssilda-et-yueyin/ car ça peut inciter d'autres participants à lire ce roman grec !

Aifelle 11/05/2016 06:50

Je ne sais pas trop si j'aimerais ce genre de livre. Peut-être un peu trop "atypique" pour moi, j'aurais peur de rester en dehors ..

Choup 16/05/2016 12:21

il est vraiment particulier, je pense qu'on accroche ou pas, il n'y a pas d'entre-deux.

Gwenaelle 10/05/2016 21:33

Pour avoir lu quelques auteurs grecs, je suis d'accord avec toi sur ce côté "atypique" des romans grecs. Celui-ci ne semble pas échapper à la règle!

Ici ou ailleurs 10/05/2016 17:52

Au final, nous constatons que nous connaissons très peu nos voisins grecs et leur histoire, sauf toi ;)

Nous sommes sociaux !