Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


L'homme irrationnel - Woody Allen

Publié par Choup sur 4 Novembre 2015, 10:05am

Catégories : #Petit & grand écran

Abe Lucas (Joaquin Phoenix) est un professeur de philosophie dépressif, alcoolique, convaincu de l'inutilité de sa vie. Il arrive dans une petite université précédé d'une très bonne réputation, où dès le départ, il est l'objet de la convoitise ouverte de Rita, autre professeure et mariée, mais aussi de Jill, une étudiante douée qui le préfère à son ennuyeux et fade petit ami. Il noie dans l'alcool ses impuissances (sexuelle et intellectuelle) et joue à la roulette russe pour prouver à ses étudiants qu'il faut savoir agir plutôt que parler sans cesse.

Et Abe Lucas va décider d'agir. Comment? En assassinant un homme, qu'il ne connait pas, mais qui mène la vie dure à une femme, qu'il ne connait pas non plus. Le crime parfait puisque Abe Lucas n'a pas de mobile. Ce meurtre va redonner un sens à sa vie.

On retrouve une fois de plus les réflexions existentielles de Woody Allen sur le sens de la vie en corrélation avec le crime. Ici pas de culpabilité pour le professeur dépressif, non au contraire, une libération. Abe Lucas retrouve ce qu'il avait perdu: sa libido, sa joie de vivre, son intérêt pour la vie en général, donc.

Mon intérêt pour ce film, cependant, je ne l'ai jamais trouvé. Le personnage principal n'est pas ce qu'on peut appeler attachant, pas même intéressant. IL est vaguement dérangeant quand il organise avec une facilité et un détachement complet son meurtre. L'héroïne n'est pas franchement plaisante non plus. L'histoire est cousue de fil blanc, aucune surprise. J'ai vraiment eu l'impression que Allen avec ce film faisait exactement ce que son personnage déteste: le verbiage sans fin et sans sens. Lucas parle beaucoup de chance et de hasard, mais on ne retrouve pas du tout dans le film ce que cela a de central dans la vie d'un homme. Pensez à l'anneau dans Match Point!

C'est la première fois que je baille autant devant un film de Woody Allen. On est très loin du brio de Match Point, de la noirceur de Cassandra's Dream ou encore dans un autre genre de Blue Jasmine.

L'avis de Titine très enthousiaste, celui de Dasola, mitigée.

L'homme irrationnel Emma Stone Joaquin Phoenix

L'homme irrationnel Emma Stone Joaquin Phoenix

Commenter cet article

T
J'aime beaucoup Joaquim Phénix et je trouve qu'il porte plutôt pas mal le film, qui sans ça aurait était extrêmement long et ennuyeux. Grâce à lui j'ai plutôt apprécié.
Répondre
C
je l'aime bien d'habitude, mais son personnage m'a vraiment agacée...
M
Moi non plus, je n'ai aps aimé ce film. tout à fait d'accord, on est loin de match point. Et puis n'est pas Hitchcock qui veut...
Répondre
C
très loin! j'aime le côté bavard des films de Woody Allen, mais là c'était vraiment parler pour parler...
Z
Dommage dommage. J'aime en général bien découvrir la cuvée annuelle de Woody Allen mais n'étant déjà pas super fan de Match Point, je risque de passer complètement à côté de celui-là si j'ai bien compris. On verra l'année prochaine...
Répondre
C
peut-être que justement, parce qu'il est différent de Match Point, tu aimeras... ;)
I
Bien d'accord avec toi.
Répondre
C
:) les grands esprits!
B
Généralement, j'aime Woody, mais là... ça fait moins envie...
Rien à voir avec le schmilblick, mais très joli nouveau bloglook ! ;)
Répondre
I
Tout à fait, Madame :)
C
merci :) j'y travaille encore car je trouve que ça manque un peu de couleur...

Nous sommes sociaux !