Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Les souliers de Mandela - Eza Paventi

Publié par Choupynette de Restin sur 15 Juillet 2015, 15:49pm

Catégories : #Ma bibliothèque

La vie de Fleur Fontaine s'effondre le jour où Grégory, l'homme de sa vie, la quitte. En plein désarroi, elle ne voit d'autre issue que de fuir ce passé qui l'obsède. Son choix se fixe rapidement : ce sera l'Afrique du Sud, le journalisme et l'humanitaire. Partie pour oublier, elle va se trouver face à une réalité qui va l'obliger à affronter ses propres fantômes.

Nous voilà donc embarqués avec Fleur vers l'Afrique, continent sauvage, meurtri, dont les Occidentaux ont tant de clichés en tête... Fleur n'est que tristesse quand elle arrive à Jo'Burg. Mais avec ses compagnons de stage, elle va découvrir le pays de Mandela.

J'oscille entre deux sentiments tout au long de la lecture des Souliers de Mandela. Je suis parfois terriblement agacée ou alors complètement touchée. Agacée par des erreurs telles que nommer Jo'burg comme la capitale du pays (alors que c'est Pretoria), ou encore parler du Pacifique quand l'action se déroule à Sydney, on parle de la mer de Tasman. Reconnaissez que ce sont là des erreurs vraiment grossières. Puis il y a un style somme toute assez simple, voire banal parsemé de notes (la majeure partie du texte est le journal de Fleur) parfois totalement anecdotiques (genre : "grrrr", ou encore "miam"). Et franchement, c'est agaçant de faire des allers-retours pour lire ça! Alors, certes cela donne peut-être une sorte de proximité entre le lecteur et Fleur, mais pas pour cette lectrice-là! Autant vous dire que j'ai rapidement arrêté de regarder les notes. Et je ne m'en suis pas plus mal portée!

Néanmoins, certains passages sont tout bonnement magnifiques, Eza Paventi touchant très, très juste sur les sentiments, les angoisses de Fleur. Et l'on ne peut qu'être touché.

"Et l’amour tombe. Il s’échappe de nos pores, de nos mains, de nos mémoires. L’amour s’enfuit, se cristallise au contact de l’air froid, disparaît dans la tempête. Je me réveille en sursaut, aussi vide et triste qu’un paysage d’hiver. "

Plus qu'un voyage physique c'est un voyage intérieur dans lequel Fleur s'est embarquée. Au fil de rencontres insolites ou troublantes, de Soweto au Cap, en passant bien sûr par Robben Island, où fut détenu Mandela, Fleur apprendra ce que fut son enseignement: pour vivre pleinement il faut vivre sans colère, et avec les autres. Et non pas à côté.

"Je deviens un être humain à travers d’autres êtres humains. Et je chante, les combats, les histoires d’amour, la peur, la compassion, le courage qui décline ou celui qui renaît. Je chante les rêves de tout le monde, en même temps que tout le monde."

Ce serait donc mentir que de que je n'ai pas aimé ce roman. Loin de là, puisque je l'ai lu très rapidement, j'avais envie d'en savoir plus. Je n'ai pas appris grand chose sur l'Afrique du Sud, mais peu importe, ce n'était pas le but de cette lecture (quoique). Chaque personnage que rencontre Fleur est l'occasion d'entr'apercevoir une partie de l'histoire du pays, l'apartheid, la violence, la pauvreté. Et Fleur de se poser la question "Qui serais-je devenue si on m'avait élevée avec la certitude que j'appartenais à une race supérieure? Et si on m'avait appris que les plus démunis méritent de vivre dans des conditions précaires, parfois inhumaines, parce qu'on les trouve juste un peu moins humains que nous, est-ce que j'aurais eu la force de remettre en question ce que personne n'aurais remis en question autour de moi?"

Vous pouvez aller sur le blog du personnage: http://souliersdemandela.com/carnets/

L'avis de Karine pour qui ce fut un coup de coeur.

D'autres livres pour découvrir l'Afrique du Sud: La puissance de l'ange de Bryce Courtenay (parfait pour le challenge pavé de l'été de Brize!) ou encore Justice dans un paysage de rêve de Mala Nunn.

Et pour voyager sur le tout continent africain: le billet récapitulatif du challenge Afrika organisé par votre servitrice il y a quelques années.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 21/07/2015 08:41

Pauvre Mandela mis à toutes les sauces.

Choupynette de Restin 22/07/2015 16:04

là, en l’occurrence, ce n'est pas "too much" dans la récupération. Ca colle bien avec l'histoire du personnage.

sous les galets 17/07/2015 07:49

Il est beau ton billet, même s'il est contrasté. Je ne suis pas très tentée par le postulat de départ (le coeur brisé qui s'en va à l'autre bout du monde...boffff) mais j'aime énormément les extraits que tu mets sur la philosophie de Mandela, vivre en paix et sans amertume, n'est ce pas ce que l'on cherche tous ? je le note malgré tout.

Choupynette de Restin 19/07/2015 16:04

Merci Galea! Mon sentiment est en effet contrasté sur cette lecture. Certains passages m'ont vraiment touchée, ils visaient juste. après, je trouve que la première couverture (pas celle que j'ai mise dans mon billet), donne l'impression d'un bouquin de chick-litt, et sur certans passages, ça correspond assez. Et du coup, c'est moins ma came...

Nous sommes sociaux !