Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La constance du jardinier - John Le Carré

Publié par Choupynette de Restin sur 29 Juillet 2015, 09:19am

Catégories : #Ma bibliothèque

La constance du jardinier - John Le Carré

Au Kenya, Tessa Quayle et le chauffeur sont retrouvés assassinés et son ami docteur Arthur Bluhm a disparu dans la brousse. Arthur, (amant de Tessa?), les a-t-il tués? Et qu'en pense Justin Quayle mari plus âgé de Tessa, sous-fifre au Haut-Commissariat Britannique au Kenya et obnubilé par ses plantes?

L'enquête débute, mais rapidement les deux inspecteurs de Scotland Yard dépêchés sur place, et qui n'ont pourtant que très peu de ressources, se lancent sur la piste du complot et plus précisément sur le règlement de compte. Tessa et Arthur était en effet partis en croisade contre KVH, un labo pharmaceutique, ThreeBees l'entreprise (britannique) qui en a obtenu l'exclusivité pour la diffusion en Afrique du Dypraxa, remède miracle contre la tuberculose. Quand les deux inspecteurs sont rappelés à Londres et sont presque licenciés, c'est Justin qui va reprendre l'enquête qui le mènera en Suisse, et au Canada notamment, sur les traces de sa femme.

Je cherchais un roman d'espionnage pour la lecture du club, et donc j'ai plongé vers un roman de John Le Carré qui sommeillait dans ma pal depuis que j'avais le film avec Ralph Fiennes et Rachel Weiz l'adaptant au cinéma. Car pour moi, Le Carré est synonyme d'espionnage. Force est de constater que si il y a bien un espion dans le roman, il n'est que peu présent. Et les services secrets ne sont pas vraiment au centre de l'histoire. La constance du jardinier se rapprocherait en fait plus du genre roman d'initiation, puisque le personnage de Justin, évolue de jardinier volontairement sourd et aveugle aux entreprises de son épouse à enquêteur international. D'homme poli et circonspect à veuf impitoyable voulant venger sa femme.

Pour le suspense, on repassera, ou presque. Dès le début on sait très bien pourquoi et par qui le crime a été commandité. Comme dans un épisode de Colombo, l'intéressant est d'observer le cheminement de l'enquêteur à la recherche de preuves. Et par ce cheminement, Le Carré nous emmène dans le monde véreux des laboratoires pharmaceutiques. Il offre également une galerie de personnages hauts en couleurs, et en toile de fond une Afrique pauvre, victime des multinationales et crevant de la corruption. Mais surtout, une chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout: des passages touchants, où l'on ressent tout l'amour de Justin pour Tessa. Car sa quête est autant une vengeance qu'une dernière déclaration d'amour à son épouse, héroïne fantôme de ce roman engagé.

Lire ce genre de roman après avoir vu le film, c'est toujours périlleux. De fait, je me souvenais vaguement de l'histoire. Du coup, j'étais loin de la trépidation que l'on peut ressentir lorsqu'on lit un thriller. Et de toute façon, je crois que ce n'est pas le but de Le Carré. L'enquête se met lentement en place, et même si il y a un ou deux passages à tabac et autres courses poursuites, cela se passe tellement vite, que la tension n'a pour ainsi dire pas le temps de monter que tout est déjà fini. C'est donc une lecture mitigée pour moi, même si j'ai lu le livre avec plaisir.

La constance du jardinier - John Le Carré

Si ce titre ne rentrait pas dans le thème du club, il était parfait pour A year in England de Titine!

Commenter cet article

katell 06/08/2015 01:36

J'ai lu le roman en premier puis suis allée voir le film en salle obscure lors de sa sortie. J'ai été séduite par le jeu des acteurs qui exprimaient bien l'ambiance du livre.
Certes, ce roman qui tient plus du thriller que du roman d'espionnage a un rythme moins soutenu que dans la période des romans que l'auteur a écrit pendant toute la période de la Guerre Froide. Aujourd'hui ce n'est plus le bloc de l'Est qui fait peur mais les multinationales pharmaceutiques ou autres, celles qui régentent le monde par leur vision de l'économie.
Je conseille le visionnage d'un film, un peu dans la même veine, avec pour acteur principal Forest Whitaker "Zulu". L'action se passe en EFS... saisissant.

Choupynette de Restin 06/08/2015 09:58

Oui j'ai vu Zulu récemment, adapté d'un roman de Caryl Ferey qui porte le même nom. Remarquable et saisissant comme tu le dis.

Titine 05/08/2015 11:15

Mince, j'avais envie de le lire car j'avais beaucoup aimé le film. Je tenterais peut-être avec un autre.

Choupynette de Restin 05/08/2015 11:22

Attention, je ne dis pas que ce n'est pas bien, juste qu'il ne faut pas s'attendre à un rythme ébouriffant. Si tu le sais à l'avance, je pense que ça ne pose aucun problème, d'autant que la prose de Le Carré est agréable. Je crois qu'inconsciemment 'j'attendais autre chose, c'est tout.

dasola 02/08/2015 11:28

Bonjour Choupynette, c'est après avoir vu le film que j'ai eu envie de lire le roman et j'avoue que je l'ai bien apprécié. C'est un bon complément. Bonne journée.

Choupynette de Restin 04/08/2015 10:18

j'ai vu le film il y a tellement longtemps que les détails m'échappaient, même si je connaissais le "pourquoi du comment".

Hélène 30/07/2015 08:07

J'en garde un bon souvenir, même si effectivement me reste une impression de lenteur. Je t'avoue que je déteste lire un lire après avoir vu le film - et inversement !

Choupynette de Restin 04/08/2015 10:22

personnellement, cela ne me dérange pas tant que ça.J'aime bien voir le film d'abord. Car j'aime découvrir la "vérité" du livre. a l'inverse, je finis souvent par dire "mais qu'est-ce qu'il a fait ce réalisateur?? c'est pas du tout ça!!" Alors des fois c'est bien fait, des fois j'ai vraiment l'impression que le roman a été trahi. Et là, ça m'agace un brin!

Alex-Mot-à-Mots 29/07/2015 18:16

Il me semblait que l'auteur était un spécialiste des romans d'espionnage.

Choupynette de Restin 29/07/2015 18:54

Moi aussi! mais apparemment il a fait quelques incursions dans la catégorie "thriller" ou du moins roman à suspense.

Nous sommes sociaux !