Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Doctor Thorne - Anthony Trollope

Publié par Choupynette de Restin sur 12 Juillet 2015, 07:42am

Catégories : #Ma bibliothèque

Doctor ThorneDans le comté imaginaire du Barsetshire, lieu d'une longue série développée par Anthony Trollope, le Docteur Thorne est un médecin respecté dans son village de Greshamsbury. Il est apparenté aux Thorne d'Ullathorne, mais ne les fréquente plus: son frère a jeté l'opprobre sur la famille. En effet, il a séduit la soeur d'un maçon, son compagnon de beuverie M. Scatcherd. Ce dernier, furieux, l'assassine. Et part en prison pour... un an!! (Vous aussi vous tiquez?) De cette malheureuse aventure naît une petite fille Mary. La jeune fille séduite épouse un homme qui n'accepte cependant pas l'enfant. Mary est donc confiée à son oncle, sa naissance cachée, et sa mère quitte le royaume pour les Etats-Unis. (attention, il y aura des spoilers dans ce billet!)

Des années plus tard, Mary rejoint le Docteur Thorne, qui est donc établit à Greshamsbury, est devenu le médecin et confident du Squire Francis Gresham. Elle devient une habituée de la famille Gresham, grandit avec les enfants. Et développe une certaine préférence dirons-nous pour Frank, l'unique fils et héritier, non pas de la fortune, mais des dettes de son père. En effet, le Squire s'est entêté à vouloir être élu, à grand coût et en vain. Sa femme, une de Courcy, la grande famille aristocratique du comté, entend bien garder son standing (dont la maison à Londres et la saison là-bas etc). IL faudra donc à Frank "épouser une fortune". De son côté l'oncle Scatcherd de Mary est devenu richissime et anobli, il est même le principal créancier des Gresham, et habite sur une ancienne partie du domaine, qu'il a rachetée. Il ne sait pas que Mary est sa nièce.

Dans ce roman de plus de 500 pages, Trollope nous offre une peinture très complète, très riche, de la bourgeoisie et de l'aristocratie rurale anglaise du milieu du XIXème siècle. Ce que l'auteur analyse ici à travers cette galerie de personnages tous très bien campés, c'est l'impact de la naissance sur la vie d'un individu. C'est aussi la pression sociale qui en découle; les responsabilités et les ambitions. Le sang, le rang, ce sont des notions que les de Courcy tiennent en très haute estime, cela implique ainsi que le dit Lady Amelia, des contraintes. On ne peut pas épouser n'importe qui, au risque d'appauvrir le sang, de déshonorer la famille. Le nom. C'est tout ce qui compte. Et pourtant, comme le dit si bien Franck :

"As it is, I am told of nothing but my blood. Will my blood ever get ma half a crown?"

Petite exception? Quand il faut épouser une fortune pour renflouer les caisses! Et là, plus de scrupules, plus de naissance qui tienne. C'est ainsi que Franck sera poussé dans le bras de Miss Dunstable, qui vaut plus de 200 000£. Autant dire, Bill Gates en crinoline. Elle sera pourtant le meilleur allié de notre couple d'amoureux contrariés. Trollope démontre toute l'hypocrisie d'une aristocratie prête à prostituer ses filles et ses fils pour renflouer des coffre désespérément vides. Confites dans leurs croyances ancestrales, suffisantes, ces familles ne survivent que grâce à l'argent de la bourgeoisie qu'elle méprise.

Une fois que Mary devient l'héritière de son oncle et que donc plus rien ne s'oppose à leur mariage, le jeune couple est fêté...y compris par les de Courcy qui y étaient si farouchement opposés.

 

"That he should be fêted by the de Courcys and Greshams, now that he was about to do his duty by his family in so exemplary (l'oncle Scatcherd était encore plus riche que Miss Dunstable); that he should be patted on the back, now that he no longer meditated that vile crime which had been so abhorrent to his mother's soul; this was only natural; this is hardly worthy of remark."

 

Lady Gresham, la mère de Franck, qui avait tout fait pour l'éloigner de Mary, sermonné cette dernière, en a fait une pestiférée dans sa famille mais aussi dans le village, se réjouit désormais de l'avoir accueillie dans la famille alors qu'elle était enfant. Et va enfin pouvoir mener, par procuration, le train de vie qu'elle "mérite":

 

"Of course there would be a house in town; it wouldn't be her house, but she was contented that the grandeur should be that of her child. He would have heaven knows what to spend per annum. And that it should come through Mary Thorne! What a blessing she had allowed Mary to be brought into the Greshamsbury nursery! Dear Mary!"

 

Et cela, alors que 100 pages plus tôt, Mary était la vipère qui voulait ruiner son fils!

Trollope offre une galerie de personnages très colorée, vivante. On a envie d'en tuer certains, d'en secouer d'autres, mais aucune ne nous laisse indifférent. Il démontre une grande finesse dans l'analyse des caractères. Surtout, j'ai apprécié que les femmes aient un caractère bien trempé, Mary en premier lieu. Elles ne s'en laissent pas compter par les hommes. Elles s'affirment (même si pour certaines, on aimerait bien qu'elles la bouclent et boive leur thé en silence!), alors que beaucoup de personnages masculins sont plus mous du genou.

Comme dans son grand roman The way we live now (gros coup de coeur pour moi, et l'un des deux seuls romans que j'aie lus de l'auteur jusqu'à présent), Trollope a tendance a baisser de rythme par moment, il devient un peu bavard, et les atermoiements de certains personnages sont un brin répétitifs. Mais ce n'est pas si gênant. On pourra opposer que la brave Mary est bien sympathique avec sa belle-famille qui la traitait comme une moins que rien avant qu'elle hérite. Que tout se finit un peu trop bien. Mais qu'importe!

J'ai beaucoup apprécié les passages où l'auteur s'adresse au lecteur, donne son avis sur telle ou telle chose. C'est un homme qui a beaucoup d'humour, et cela ressort notamment dans les noms de certains personnages. Par exemple les avocats d'une étude où l'on prend particulièrement son temps se nomment Messieurs Slow et Bideawhile. Il y aussi un Mister Closerstill, ou une Mrs Rantaway (une grande bavarde prompte à colporter tous les ragots).

Le billet de Félicie.

Un livre lu dans le cadre du mois anglais mais fini hors délai et qui inaugure donc... l'année anglaise organisée par Titine!

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Titine 05/08/2015 11:06

Ça sera mon prochain Trollope puisque j'ai lu les deux premiers volets de la série consacrée au Barsetshire. J'apprécie également sa finesse d'analyse et ses remarques directes à son lecteur.

Choupynette de Restin 05/08/2015 11:24

la série sur le Barsetshire m'intéresse, si ce n'est ce milieu des ecclésiastiques... mais pour Anthony, que ne ferait-on pas! Je sais que certains n'apprécient pas que l'auteur intervienne aussi "frontalement" dirons-nous, mais moi je trouve que c'est tout simplement réjouissant!

sous les galets 24/07/2015 11:14

tu me pardonneras ma faute "brossés" ;-)

Choupynette de Restin 24/07/2015 11:32

totalement pardonnée, tu es!

sous les galets 24/07/2015 11:14

Tu connais le titre français de ton roman préféré de Trollope ?
Comme toi, je pense qu'il aurait pu faire un petit peu plus court, mais pas tant que cela finalement parce que les personnages sont remarquablement bien brossé, c'est rare, d'autant que même les figurants ont un caractère précis. Comme toi, et je n'en ai pas parlé dans mon billet, je trouve que l'humour et les aparté de l'auteur sont délicieux.

Choupynette de Restin 24/07/2015 11:34

oui c'est Quelle époque! (avec le point d'exclamations dans le titre). Je crois même qu'il est sorti en poche chez J'ai Lu (une super couv, assez rock'n'roll)

A_girl_from_earth 16/07/2015 23:46

Chouette l'année anglaise hein ! :-) Bon, ça va pas forcément être bon pour ma PAL mais ça va me permettre de combler quelques lacunes, tel ce fameux Trollope que je n'ai toujours pas pris le temps de lire... Et à te lire, ça devrait me plaire !

Choupynette de Restin 19/07/2015 16:05

ah oui, c'est un auteur à découvrir, ne serait-ce qu'une fois, pour se faire une idée. C'est un grand de la littérature britannique.

eimelle 14/07/2015 17:06

il va falloir quand même que je me décide à découvrir cet auteur!

Choupynette de Restin 16/07/2015 10:17

ah oui, il faut absolument le lire au moins une fois!!

Nous sommes sociaux !