Y'a dl'a Joie!

retour à l'accueil

charliehebdo.jpg

10931452_10153462275043066_4622152727219555219_n.jpg

Mon blog de scrap

bannière crafty verte

Archives

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, doit remplacer Lancelot coupé en deux lors d'une mission. Galahad (exellentissime (rien que ça!) Colin Firth (Le discours d'un roi ou encore Magic in the moonlight notamment), pnse que le fils d'un de ses collègues mort en lui sauvant la vie peut faire l'affaire. Mais Eggsy n'est pas vraiment issu des milieux posh du royaume de sa très gracieuse majesté. Il a grandit dans la banlieue londonienneau miliu des racailles.  Parallèlement, Galahad et l'organisation doivent faire face à une espèce de milliardaire bien décidé à régler le problème du réchauffement climatique.

Sur une trame scénaristique très classique (découverte des personnages, tests de séletion pour rentrer dans l'organisation, onfrontations, échec, tout finit par reposer sur les épaules du jeune Eggsy...) Kingsman offre au spectateur un moment de cinéma totalement enthousiasmant et réjouissant. Ainsi que le dit un des protagonistiques, les films d'espionnages sont devenus bien trop sérieux... et on pouvait compter sur les Anglais pour proposer un mélange détonnant d'humour, de scènes d'actions superbement filmées, et des acteurs au top de leur forme. Samuel L. Jackson est excellent dans son rôle de méchant déjanté ne supportant pas la vue du sang (hilarante scène à la fin!!!) et zozotant. Mélangeant le flegme so british, magnifiquement incarné par Colin Firth (quel homme!) et mise en scène plus "clip" Vaughn (Kick-Ass, X-Men le Commencement) réussit un film à grand spectacle qui sait à la fois être fidèle au genre tout  en le renouvelant et en lui imprimant une esthétique résolument moderne. On flirte allègrement avec le mauvais goût mais cela donne un résultat absolument génial, déjanté...avec en prime un "feu d'artifice" digne d'un 14 juillet. A voir et à revoir!

Par Choupynette de Restin - Publié dans : Petit & grand écran
Vendredi 20 mars 2015 5 20 /03 /Mars /2015 15:35

Voir les 2 commentaires - Ecrire un commentaire

Quand tu récupères dans la vieille maison familiale une coiffeuse bien dans son jus, tu es souvent très loin des standards de nos amis suédois ou des footeux de l'ameublement. Du coup, pour organiser un grand tiroir qui jusqu'à présent rimait avec foutoir, j'ai pris ma règle, mes ciseaux, mon crayon et du papier scrap...et des boîtes en carton.

Au final, c'est simple, si ce n'est un peu fastidieux, et on a un "organiseur" de bidules entièrement personnalisé pour le prix du papier scrap. C'est-à-dire par grand chose! Pour faire ces 9 compartiments, j'ai utilisé 7 feuilles 30*30cm, à environ 0,70cts la feuille...je vous laisse faire le calcul.

Alors, on branche son iPod sur "chansons favorites" et on s'y met. Le processus en images (pour la 3D, mettez vos lunettes!)

Tu mets la boîte dans le tiroir et tu traces un trait en suivant le rebord, et tu découpes.

organiseur-tiroir-recyclage-diy1.JPG

Une fois prises les mesures de la boîte, tu traces à l'envers du papier et tu découpes. Fastoche. (Sauf si tu choisis comme moi, ô innoncente et naïve recycleuse, un boîte d'Ebly (oui, vous saurez TOUT, y compris mes habitudes alimentaires. Rien ne vous sera épargné!). Si je tiens le gars qui a dessiné ce truc incurvé, tu le sens presque pas quand tu verses les grains dans l'eau pour la cuisson, mais quand tu essaies de rentrer le fichu papier et qu'il faut tout recouper, là tu maudis ton inattention. Mais surtout le type (ou la fille!) qui a eu l'idée trop "top design". )

 

organiseur-tiroir-recyclage-diy-3.JPG

Une fois ton papier découpé, tu fait des plis pour qu'il aie déjà la forme de ta boîte. Un plioir, ça s'achète. Pour ma part j'utilise un bâton de glace (dois-je préciser qu'il est nettoyé?) (et les glaces, c'est MS. Pas moi. Ou alors si peu...) Ensuite, tu colles et tu utilises une boîte entière de trombones pour que ça tienne le temps que la colle sèche.

organiseur-tiroir-recyclage-diy4.JPG

Et tu recommences l'opération autant de fois que nécessaire...

 

organiseur-tiroir-diy-5.JPG

 

Et ton foutoir est ENFIN rangé!

ta-daaaaa

organiseur-tiroir-recyclage-diy-6.JPG

Par Choupynette de Restin - Publié dans : Scrap & deco
Dimanche 8 mars 2015 7 08 /03 /Mars /2015 18:28

Voir les 10 commentaires - Ecrire un commentaire

http://i1148.photobucket.com/albums/o566/myteleisrich4/Series%20UK/southcliffe0_zps1ae49e4e.jpgDans une petite ville de l'Angleterre pas si profonde que cela, Southcliffe, un homme, ancien militaire que l'on surnomme le Commandant va exécuter 15 personnes.

Meurtres, petite bourgade anglaise, ça vous rappelle quelque chose? Broadchurch peut-être? Ici pourtant, ce n'est pas un personnage extérieur qui met son grain de sel, mais un local, revenu sur les lieux de son enfance (pas franchement heureuse) en tant que journaliste couvrant la tragédie.

Vous l'aurez compris si les lieux de l'intrigue pourraient rappeler Broadchurch, Southcliffe n'a cependant pas du tout le même objectif: il ne s'agit pas d'une enquête puisque l'on sait qui est le meurtrier. Non: Southcliffe est en fait une mini-série sur le deuil. Pas franchement réjouissant comme thème direz-vous. c'est vrai. Et c'est un pari, à mon sens, presque réussi de la part du scénariste Tony Grisoni.

Quatre épisodes pour nous parler du deuil, sachant que le premier est un épisode d'ouverture, cela ne laisse pas beaucoup de temps. Pourtant, notamment dans le troisième épisode, les personnages se débatent avec le deuil: voir le corps du défunt ou pas, faire une enterrement dans les "règles" ou pas. Accepter ou nier. Les acteurs, certains très connus pour ceux comme moi qui apprécient les séries britanniques (Eddie Marsan, Sean Harris, Shirley Henderson notamment), sont très bons.Une mosaïque de sentiments, de façons de vivre le deuil soudain et inattendu. Les flashs back dans le passé lointain ou précédent juste le drame sont bien dosés.

Malheureusement, j'ai trouvé le dernier épisode fouilli, certaines scènes me sont restées totalement osbcures. Au final, je n'ai pas retrouvé l'intensité d'un Broadchurch, la profondeur psychologique.

Et comme, ainsi que le dit Grisoni dans une interview à Telerama, le deuil n'a pas de fin, sa série se clot sur une fin qui n'en est pas une.  Et on se dit presque, "tout ça pour ça?"


Par Choupynette de Restin - Publié dans : Petit & grand écran
Jeudi 5 mars 2015 4 05 /03 /Mars /2015 12:35

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

http://fr.web.img5.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/11/13/16/57/346941.jpgQui n'a pas poussé une gueulante en voiture, ou eu envie de régler son compte à un abruti arriviste ? Les nouveaux sauvages de Damian Szifron enchaine les scénettes et illustre ces « craquages » aussi burlesques que dérangeants. En effet, certains sont quand même très proches de la réalité. Attention quelques spoilers peuvent trainer ici ou là…

Un humour très noir, qui ne sera certainement pas du goût de tous les spectateurs tant il est souvent outrancier. Pas dans la dentelle ni dans la nuance. On est même dans la caricature. Les nouveaux sauvages évoque la ligne ténue qui sépare l’humain de la sauvagerie. Quand la haine, la jalousie vont prendre le dessus. Et Szifron de dénoncer sans moralisme bien pensant une société qui ne jure que par l’argent, où la vie humaine n’a pas de valeur, une société où la violence affleure à chaque instant pour des motifs d’une grande futilité. Ainsi la deuxième séquence qui oppose deux hommes sur la route, quand l’orgueil devient rage et mène…à la mort. Le réalisateur propose un film très « action », vif et parfois cynique. Corruption, hypocrisie, société n’offrant que peu de perspectives à ses ciotyens : cela peut sembler un peu fourre-tout, mais c’est tenu par le biais des « sketches ». C’est un peu déroutant pour le spectateur, mais c’est plutôt bien fait je trouve.

Et quand le rire chez le spectateur se transforme en effroi, c’est que Szifron touche du doigt les choses qui font mal.

Par Choupynette de Restin - Publié dans : Ma bibliothèque
Mardi 3 mars 2015 2 03 /03 /Mars /2015 12:44

Voir les 5 commentaires - Ecrire un commentaire

Deux soeurs franco-cubaines qui chantent des prières cubaines (yorubas) avec beaucoup de style...

Par Choupynette de Restin - Publié dans : Arts et Lettres
Mardi 3 mars 2015 2 03 /03 /Mars /2015 11:04

Voir les 2 commentaires - Ecrire un commentaire
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés